phone_callback

Un texte signé par Vincent Peillon détaille les «grandes orientations » de l'action du ministère

Mis en ligne le - Mis à jour il y a 9 ans

Un texte signé par Vincent Peillon détaille les « grandes orientations » de l’action du ministère

Un texte adressé aux personnels de l’Éducation nationale, dont AEF a eu copie, signé par Vincent Peillon, ministre de l’Éducation nationale et George Pau-Langevin, ministre déléguée à la réussite éducative, précise « les mesures de la prochaine rentrée visant à donner des impulsions nouvelles et à renouer la confiance qui a tant fait défaut ces dernières années ». Ce document, révélé par « L’Express » mardi 12 juin 2012, sera prochainement publié au BO. « Il s’agit d’un texte provisoire qui évolue en permanence », précise à AEF l’entourage du ministre, mercredi 13 juin 2012. « Il donne des marqueurs politiques de l’action du ministre, des grandes orientations qui ne sont pas définitives. Il s’agit d’un document important car c’est la première fois que le ministre s’engage par écrit », relève l’entourage de Vincent Peillon.


REDÉFINIR LES MISSIONS DE L’ÉCOLE MATERNELLE.

« L’école primaire est notre première priorité », souligne le ministre dans ce texte qui précise qu’une « importance particulière » sera accordée « à l’accueil des enfants les plus jeunes, en considérant ceux de moins de trois ans qui doivent être scolarisés dans toutes les zones qui rencontrent le plus de difficultés ». Le ministre indique qu’il « sera nécessaire de clarifier » les « missions » et les « orientations » de l’école maternelle « afin qu’elle ne soit pas une simple préparation à l’école élémentaire mais bien une école des premiers apprentissages et de la confiance en soi ». « C’est par une progressivité bien maîtrisée et par des réponses adaptées à des besoins clairement identifiés que l’école maternelle remplira au mieux sa mission d’épanouissement et de prévention. »

RÉPARTITIONS DES 1 000 POSTES.

Le ministre rappelle la création de 1 000 nouveaux emplois de professeurs des écoles à la rentrée scolaire et explique que « ces emplois seront mobilisés pour améliorer l’accueil des élèves, favoriser la réussite des élèves les plus en difficulté, en particulier dans les écoles de l’éducation prioritaire et dans les zones rurales isolées » (AEF n°166833). « Ils permettront de conforter le potentiel de remplacement et de renforcer les dispositifs d’aide aux élèves en difficulté. » En outre, « il faudra, par ces moyens nouveaux et cette amélioration de notre dispositif scolaire, trouver dans les écoles, avec l’aide des équipes de circonscription, les possibilités d’évolution des pratiques pédagogiques et des fonctionnements de chaque cycle ». « Nous souhaitons aussi que, dès cette rentrée, le cours préparatoire ne soit confié qu’à des professeurs dotés d’une expérience d’enseignement et non à des enseignants débutants. »

TRAVAIL EN ÉQUIPE.

« L’acquisition des savoirs fondamentaux doit rester l’objectif intangible de l’école primaire », ajoute le texte. « Le travail en équipe doit être encouragé et nous demandons à l’encadrement pédagogique d’accompagner les écoles dans cette ambition. » De plus, « pour l’avenir, en vue de la préparation de la future loi, nous engagerons avec l’ensemble des partenaires une large concertation pour refonder l’évaluation du système éducatif et des acquis des élèves ».


RYTHMES SCOLAIRES.

« Dans l’attente des décisions qui seront prises le moment venu pour organiser la mise en place de la semaine de neuf demi-journées, vous veillerez à ce que la pause méridienne ne soit jamais inférieure à quatre-vingt dix minutes dans le premier degré », insiste Vincent Peillon (AEF n°167704). « Nous souhaitons que chacun […] prenne une part active dans la concertation à venir sur la réforme des rythmes scolaires. Nous savons que cette réforme est difficile mais essentielle dans l’intérêt des élèves et de leur réussite », juge-t-il.

RÉÉCRITURE DES PROGRAMMES

« Chaque élève doit parvenir à la maîtrise du socle commun au terme de sa scolarité. Certaines de ses composantes seront cependant revues dans le cadre de la future loi », prévient Vincent Peillon. « La réécriture des programmes de l’école primaire et du collège suivra cette révision et se fera dans un cadre concerté, maîtrisé, transparent », explique-t-il. De même, le livret personnel de compétences, « qui reste en l’état pour la prochaine année scolaire, connaîtra des simplifications indispensables et des évolutions pour tenir compte des forces et faiblesses de son format actuel et de son usage ».

LANGUES VIVANTES.

« Nous vous demandons de veiller à une meilleure continuité des apprentissages entre l’école élémentaire et le collège en renforçant le suivi des élèves par les équipes enseignantes : les acquis du niveau A1 doivent faire l’objet d’un travail en commun avant l’entrée en classe de 6e pour aborder le plus tôt possible l’acquisition du niveau A2 du cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) », signale Vincent Peillon. Aussi, « l’expérimentation de la globalisation des horaires de langues vivantes dans 10 % des collèges est maintenue mais sera évaluée avant toute décision de généralisation ». En outre, « les compétences de compréhension, d’expression et d’interaction orales seront évaluées à compter de la session 2013 du baccalauréat dans l’ensemble des séries générales et technologiques rénovées, aux côtés des compétences de compréhension et d’expression écrites ».

ÉVALUATION.

« Le décret du 7 mai 2012, relatif à l’évaluation des enseignants, sera abrogé et ne sera donc pas mis en application au 1er septembre 2012 (AEF n°167523). Conçu et publié sans l’adhésion des personnels, ce texte ne permet pas de fonder une évaluation satisfaisante. Pour autant, un simple retour à la situation antérieure n’est pas souhaitable. C’est pourquoi, en concertation avec tous les partenaires concernés, nous préparons de nouvelles dispositions. »

MASTERISATION.

« Nous avons l’ambition de réformer totalement la formation des maîtres », souligne Vincent Peillon (AEF n°167730). « Pour répondre au manque de formation pratique des jeunes enseignants, des mesures d’aménagement de service pour les stagiaires nouvellement recrutés en septembre 2012 seront mises en place dès cette rentrée. » De plus, « nous mettrons en place les Écoles supérieures du professorat et de l’éducation qui seront opérationnelles dès 2013 ». « Notre engagement est de développer une logique d’entrée progressive dans le métier enseignant par un parcours de professionnalisation. Une personne qui a la vocation d’enseigner doit pouvoir le plus tôt possible être encouragée et soutenue dans cette voie, tant par les bourses de l’enseignement supérieur que par les contrats spécifiques qui seront proposés. »

ÉVOLUTION DU PROGRAMME ÉCLAIR.

« L’éducation prioritaire connaîtra une nouvelle étape de son développement et de son efficacité », explique le ministre. « Avec la participation de tous les acteurs concernés, le dispositif Éclair évoluera, les règles fixées pour la prochaine rentrée étant maintenues de façon à éviter toute désorganisation. »

.