phone_callback

Situation des brigades REP +

Mis en ligne le - Mis à jour il y a 7 mois

Situation des brigades REP +

L’intersyndicale SNUipp-FSU, Snudi-FO, SGEN-CFDT, Se-UNSA a été reçue par MM VENCK (IENA) et LUIGGI (SG de la DSDEN), lundi 29 mars 2021 à la DSDEN 68, pour faire le point sur la situation des brigades REP +.

La question de la mauvaise communication entre l’administration et les collègues, surtout depuis le deuxième confinement (novembre 2020) avec changement radical des missions, a été décrite très précisément, avec de nombreux exemples à l’appui : la modification des missions du jour au lendemain sans prévenir, le manque de référent à qui s’adresser, les remarques désobligeantes de certains personnels...

M. VENCK convient qu’il aurait été préférable de prendre le temps de communiquer en amont avec les personnels concernés et se propose d’organiser, avec l’appui des IEN concernés, une réunion avec l’ensemble des personnels affectés à la brigade REP+.

Le problème récurent de l’absence de réponse claire à la question du versement des primes REP+ en cas de service effectué hors zone REP+ a également fait l’objet d’un long développement, très circonstancié.

Selon M. VENCK, tous les services effectués depuis le début des perturbations liées à la pandémie printemps 2020, (premier déconfinement partiel) Y COMPRIS HORS ZONE REP + devront faire l’objet du VERSEMENT INTÉGRAL DE LA PRIME REP+.

Les personnels ayant eu des retraits partiels sur les versements de ces primes doivent s’adresser directement à M. VENCK en détaillant les versements incomplets. (s’adresser au syndicat pour rédiger une lettre si besoin).

La revendication de bénéficier du versement mensuel non décalé de la prime REP+ (comme les autres titulaires nommés sur les postes REP+) a été clairement exprimée et prise en compte (en sachant que la décision revient au Rectorat).

La question de plusieurs refus d’autorisation d’absence pour participer à un stage de formation syndicale a été posée. M VENCK nous a répondu clairement : il considère que le fait d’avoir été obligé d’annuler le plan départemental de formation en raison de la pandémie justifie son refus de laisser les personnels participer aux stages de formation syndicale, il demande aux organisations syndicales d’organiser ces temps de formation sur le temps libre des collègues, en prétextant que ces mesures exceptionnelles seraient justifiées par la situation exceptionnelle vécue actuellement.

Cette réponse a été accueillie très négativement par les représentants des organisations syndicales, d’autant plus que dans les faits, certaines demandes ont reçu un avis favorable des IEN des circonscriptions alors que celles qui ont transité par la DSDEN ont fait l’objet d’un refus. Explication : les IEN n’avaient pas été avertis de cette décision !

Les organisations syndicales ont décidé de contacter leurs représentations nationales pour chercher une solution permettant le respect du droit syndical...