phone_callback

Répartition des places aux concours PE 2020

Mis en ligne le - Mis à jour il y a 2 ans

Répartition des places aux concours PE 2020

Pour l’académie de Strasbourg :

Concours 2020 : 310 places tous concours ; 230 places pour le concours externe

Rappel : les épreuves d’admissibilité se dérouleront les lundi 6 et mardi 7 avril 2020.

Concours 2020 : 10 790 places Tous concours 9 515 places Concours externe

La semaine dernière, le SNUipp-FSU adressait un courrier au ministre afin de lui demander de publier urgemment la répartition des postes, par académie et par concours, du CRPE 2020. C’est aujourd’hui, à peine plus de trois semaines avant le début des épreuves d’admissibilité, que cette publication s’est faite. Les candidates et candidats, inscrit·es depuis le 10 octobre 2019 attendaient cette officialisation avec impatience.

Le nombre de postes au concours reste stable par rapport à 2019. Stabilité qui cache mal un choix du gouvernement de réduire le nombre de places offertes au concours externe. Déjà passé de 10 526 à 9 636 postes entre 2018 et 2019, il passe à 9 515 postes en 2020.

Certaines académies connaissent, cette année, une baisse drastique du nombre de postes...

C’est le cas, notamment des académies de Lille, Toulouse, Reims et Limoges qui perdent toutes plus de 30% de postes offerts au concours externe. Poitiers, Paris, Caen, Nantes et Rouen perdent, quant à elles, de 22% à 29%. Les départements d’Outre-Mer payent également un lourd tribut : la Guadeloupe et la Réunion perdent quasiment 24% de postes à l’externe, quant à la Martinique la perte s’élève à 32%. Notons, par ailleurs, que Toulouse et Nantes, par exemple, avaient connu l’an dernier une forte hausse du nombre de postes après une baisse drastique, de l’ordre de 50% en 2018.

… pour d’autres, une augmentation en trompe l’oeil ?

Des académies voient aussi leurs postes à l’externe augmenter : Amiens, Montpellier, Orléans-Tours et Rennes.... qui avaient toutes connu une baisse importante l’année dernière. Les académies de Clermont-Ferrand et Grenoble qui gagnent respectivement 30% et 35% doivent-elles craindre une forte baisse au concours 2021 ?

Les académies de Créteil et Versailles

Dans ces deux académies, le nombre de postes est stable. Mais comme les années précédentes, elles ne feront pas le plein faute de candidat·es.
D’autre part, le Journal Officiel du jour ne précise pas le nombre de postes offerts aux concours supplémentaires organisés dans ces académies.

Une politique délétère dans la lutte contre le manque d’attractivité du métier

Le ministère continue donc sa politique de « yo-yo » qui détériorera encore l’attractivité du métier. Dans le rapport du CNESCO de 2016 intitulé « Attractivité du métier enseignant : état des lieux et perspectives », N. Mons soulignait : « les difficultés de recrutement sont récurrentes quand les mandats politiques alternent recrutement important et postes en berne. Les faibles ratios candidats/poste à pourvoir pourraient s’expliquer principalement par une crise conjoncturelle liés aux à-coups dans les recrutements. Construire une politique de ressources humaines, en lien avec les besoins démographiques, qui s’inscrit dans la durée est donc central pour la qualité du recrutement des enseignants »

Le nombre de postes et d’inscrit·es étant stable entre 2019 et 2020, la crise de recrutement connue devrait perdurer (pour mémoire, 865 postes perdus en 2019).

Et ce, plus particulièrement dans les académies « sous tension » comme Créteil et Versailles où le nombre d’inscrit-es est en baisse (pour mémoire, 563 postes perdus à Créteil et 368 postes perdus à Versailles en 2019).

En moyenne, ce sont 40% des inscrit-es aux CRPE qui se présentent effectivement aux concours. Face à cette crise de recrutement qui s’installe dans la durée, le SNUipp-FSU revendique des pré-recrutements dès la L1, avec une rémunération des étudiant-es prérecruté.es leur permettant de se consacrer entièrement à leurs études, et une amélioration des conditions de formation, de rémunération et d’exercice du métier.