phone_callback

RASED : un amendement propose d'y allouer les postes du «Plus de maîtres que de classes»

Mis en ligne le - Mis à jour il y a 9 ans

RASED : un amendement propose d’y allouer les postes du "Plus de maîtres que de classes"

Le SNUipp-FSU68 ne peut que s’en offusquer. Le dispositif "plus de maîtres que de classes" ne devait pas se substituer aux RASED.

Un amen­de­ment au rap­port pré­sen­tant les grandes lignes du pro­jet de loi sur la refon­da­tion de l’école, voté hier en com­mis­sion à l’Assemblée, pro­pose d’allouer aux Réseaux d’aide spé­cia­li­sée aux enfants en dif­fi­culté (RASED) une par­tie des 7 000 postes créés pour le dis­po­si­tif "Plus de maîtres que de classes". Ceci dans le but de ren­for­cer les mesures d’urgence mises en oeuvre à la ren­trée 2012 par Vincent Peillon, qui ont per­mis de recréer près de 100 postes RASED.

Le "réta­blis­se­ment" des RASED, une pro­messe de Hollande

Un autre amen­de­ment au rap­port annexé au pro­jet de loi pré­voit que "les spé­ci­fi­ci­tés des mis­sions et du fonc­tion­ne­ment des RASED seront réexa­mi­nées et s’intégreront dans une logique de com­plé­men­ta­rité avec l’ensemble des dis­po­si­tifs d’aide".

François Hollande avait pro­mis, lors de sa cam­pagne pré­si­den­tielle, de "réta­blir" les RASED, dont les effec­tifs avaient for­te­ment baissé sous le gou­ver­ne­ment précédent. Une cir­cu­laire publiée mi-janvier indi­quait que le dis­po­si­tif "Plus de maîtres que de classes" ne se sub­sti­tuait pas aux RASED, qui "gardent toute leur per­ti­nence pour les élèves en grande difficulté".

Amendements sur le rééqui­li­brage des moyens et l’abandon des devoirs à la maison

En outre, un amen­de­ment pré­voyant "un rééqui­li­brage des moyens attri­bués en faveur des ter­ri­toires en dif­fi­culté" et un autre indi­quant que la réforme des rythmes sco­laires "va per­mettre de rendre effec­tive l’interdiction for­melle des devoirs écrits à la mai­son pour les élèves du pre­mier degré" ont aussi été voté mercredi.

Dans un autre amen­de­ment, égale­ment adopté, la dépu­tée PCF Marie-George Buffet estime qu’il est "impé­ra­tif d’étudier les moda­li­tés de mise en oeuvre d’un sys­tème de pré-recrutement des ensei­gnants dès la licence".

Le pro­jet de loi sur la refon­da­tion de l’école sera exa­miné en pre­mière lec­ture à l’Assemblée dès le 11 mars. Près de 400 nou­veaux amen­de­ments au rap­port annexé seront pré­sen­tés, encore aujourd’hui, en commission.