phone_callback

Rapport de l’IGEN (Inspection générale de l’Education Nationale) : Le rapport qui accable le Ministre de l’Education Nationale.

Mis en ligne le - Mis à jour il y a 11 ans

Rapport de l’IGEN (Inspection générale de l’Education Nationale) : Le rapport qui accable le Ministre de l’Education Nationale.

Si la lecture d’un rapport de l’inspection générale peut sembler a priori aride au commun des mortels, le nouveau rapport interne rendu public par de nouvelles fuites et publié par Médiapart est d’un grand intérêt.

Cela, quelle que soit votre catégorie. Que vous soyez administrative désespérée des bugs de Chorus, enseignant agacé de travailler dans trois établissements, prof d’école se demandant pourquoi la formation continue disparaît, stagiaire effaré par son entrée dans le métier, ou inspecteur d’académie inquiet devant l’incapacité de ses services à répondre aux exigences du service public, la dernière synthèse de l’Inspection générale (IGAENR) sur la rentrée 2010 a au moins un chapitre écrit pour vous.

Son mérite sera de conforter votre sentiment : oui, tous les étages de la maison Education Nationale sont en voie de délabrement, suite à l’inconséquence, la vue à court terme et l’aveuglement idéologique de ceux qui conduisent une politique qui ne mène nulle part.

A tel point que les commentaires sont superflus, tant les extraits sont signifiants :

Dans le premier degré :

« Les opérations de carte scolaire ont suscité beaucoup plus d’opposition que lors des années précédentes »

« Effet curieux des suppressions de classes nombreuses et de l’arrivée d’enseignants en surnombre à la rentrée »

« Les critères de répartition des emplois entre départements sont peu connus et assez frustes, prenant exclusivement en compte le P/E (nombre d’élèves par enseignant) et les flux prévisionnels », sans tenir compte de la ruralité ou des contraintes sociales

« La nouvelle organisation de l’Ecole est entrée dans les mœurs (24+2, évaluations CE1 et CM2, semaine de quatre jours) »

Les effectifs :

« Faute de faire des économies sur l’offre de formation, la pression budgétaire oblige à faire des économies sur d’autres leviers : le nombre d’élèves par classe (…) dans les grosses écoles primaires et les collèges, la gestion des personnels dans et hors les classes. (…) A moyen terme, des évolutions nationales plus radicales pourraient être décidées.

Dans les inspections académiques et les rectorats :

« La déconcentration du pilotage du système éducatif se poursuit (pour le meilleur et pour le pire) »

« L’administration centrale n’est pas organisée de façon à suivre et évaluer les politiques mises en œuvre sur le terrain »

« On se demande si ces pratiques permettent bien d’affronter au mieux les difficultés auxquelles le système éducatif est confronté »

« Un changement de recteur est souvent l’occasion d’une évaluation sommaire de la politique du prédécesseur (…) On observe parfois un changement de cap sur lequel l’administration centrale ne porte pas plus de jugement qu’elle n’en portait sur la politique du prédécesseur »

« Les suppressions d’emplois affectent surtout les services départementaux », « des menaces sur les petites inspections académiques » posant la question « de la qualité du service public »

« Des personnels administratifs sous tension, dans un rouage essentiel »

« Des services dont la technicité et les capacités d’adaptation sont sollicités au-delà du raisonnable », « alourdissement des tâches », « stress et découragement », « souffrance », « demandes de mutation nombreuses »,

« La liste des mutualisations prévues entre inspections académiques et rectorats est impressionnante »,

« Des gros risques financiers pèsent sur les crédits de fonctionnements, insuffisants pour terminer l’année civile. »

« Les BOP (budgets opérationnels de programme, ndlr) sont dans le rouge », « insuffisance de financement chronique pour le financement de l’évolution des salaires, des cotisations sociales et des indemnités de chômage qui atteint des dizaines de millions d’euros »

« Exaspération chez les gestionnaires académiques »

« Le manque de crédits de fonctionnement affecte insidieusement la qualité du service éducatif, (…) occasion de tensions, conflits, dysfonctionnements »

« Outil Chorus inadapté, travail jugé inintéressant, retards de paiement et surcharges de travail considérables », « suite au blocage de l’application de paiement Chorus, il ne reste que très peu de crédits pour finir l’année 2010 »

« Le mécontentement s’accroît chez les personnels et les créanciers de l’administration »

Le remplacement :

« La baisse des moyens de formation (…) va dégrader la situation du remplacement, alors que la situation est déjà difficile. (…) Il est vraisemblable que ce choix budgétaire est partiellement insincère et coûteux, (…) le recrutement de vacataires creusant un peu plus les déficits de masse salariale.

La formation :

« Insuffisance manifeste de moyens pour financer la formation des nouveaux stagiaires »

« On peut se demander pourquoi la charge de la formation initiale des stagiaires a été transférée vers les rectorats sans transfert concomitant des emplois d’administratifs et crédits précédemment alloués aux IUFM pour cette mission »

« Injonction contradictoire », « un paysage complexe, des solutions très différentes d’une académie ou d’un département à l’autre, une diversité qui confine à la disparité » , « possible source de recours pour rupture d’égalité » qui peut « alimenter les revendications des nostalgiques d’une cadre national standardisé ».

« Les autorités académiques s’apprêtent à annuler de nombreux stages de formation continue faute de pouvoir payer les déplacements et les formateurs.

« Difficulté d’affectation des professeurs stagiaires pour ne pas bloquer les mouvements des personnels »

« Le dispositif des stages pour étudiant de master a donné des résultats très éloignés des objectifs initialement fixés »

« La bonne volonté suffit-elle dans l’accompagnement des débutants ? Quelqu’un est-il chargé de vérifier la qualité et l’efficacité de ce travail, d’agir en cas de défaillance ? »

« L’animation n’est pas une solution magique à tous les problèmes de formation »

« Les IA-DSDEN constatent une certaine difficulté chez certains IEN à exercer de manière dynamique le rayonnement de l’institution sur le terrain »

Conclusion du rapport (extrait) :

« L’administration centrale doit veiller à éviter deux écueils, d’une part celui de la multiplication d’injonctions dominées par le court terme et présentant une cohérence d’ensemble trop souvent difficilement perceptible, d’autre part celui d’une absence de suivi et de régulation des pratiques académiques, propres à laisser se développer des disparités si fortes qu’elles portent atteinte aux exigences de cohérence éducative à l’échelon national ».