phone_callback

Projet de décret portant création d’une prime d’équipement informatique

Mis en ligne le - Mis à jour il y a 11 mois

Projet de décret portant création d’une prime d’équipement informatique allouée aux personnels enseignants relevant du ministère chargé de l’éducation et aux psychologues de l’éducation nationale

La prime d’équipement informatique sera versée aux enseignant-es relevant du MEN exerçant des missions d’enseignement et aux pysEN, qu’ils et elles soient stagiaires ou titulaires. Selon un arbitrage interministériel, les personnels dotés d’un poste fixe sur leur lieu de travail ne seront pas bénéficiaires de cette prime.

Ci-dessous, les personnels exclus de la prime :

Personnels disposant d’un poste de travail
- Conseillers pédagogiques
-  Coordonnateurs en établissement médico-social
-  Référents MDPH
-  Conseillers formation continue
-  DDFPT
-  Directeur adjoint de SEGPA

Autres personnels
- Professeurs jeunesse et sport
-  PRAG / PRCE

Personnels relevant d’opérateurs
- AEFE
-  Canopé
-  CNED
-  Personnels des GRETA

Personnels n’étant plus en position d’activité au sein du ministère
- Détachement

Les contractuel-les enseignant-es pourront en bénéficier sous condition d’exercice. Les professeurs documentalistes, explicitement exclus de cette prime, verraient leur ISP augmenter d’une somme identique à la prime d’équipement informatique (textes à venir).

Il faudra être en fonction au 1er janvier. Cette formulation risque d’exclure les enseignant-es et psyEN qui seraient en congé parental à cette date. Le ministère évoque un problème technique, les personnels en congé parental n’étant pas rémunérés, ils et elles ne sont plus dans les bases de paie. Il ne serait donc pas possible de leur verser la prime, quelle que soit la durée du congé parental.

Le montant de la prime, 176€ brut annuel, est défini dans un arrêté non soumis à l’avis du CTM.

La FSU est intervenue pour dénoncer le montant de cette prime qui ne recouvre même pas les consommables et une connexion internet par an et pour rappeler que la crise sanitaire n’est qu’un révélateur du fait que les enseignant-es doivent payer leur matériel de travail.

Elle conteste l’arbitrage effectué, l’exclusion de celles et ceux qui ont un poste fixe sur leur lieu de travail ne reconnaît pas le travail effectué depuis chez soi.

L’exclusion des personnels en congé parental le 1er janvier au motif d’un problème technique n’est pas admissible et va accentuer les inégalités salariales entre femmes et hommes. Pour la FSU, il faut supprimer la référence au 1er janvier au bénéfice d’une période d’observation élargie à l’année scolaire (par exemple de 6 mois d’exercice effectif sur une année scolaire).