phone_callback

Paul DEVIN (secrétaire général du SNPI-FSU) «Nous pouvons tenter une garderie de grande qualité »

Mis en ligne le - Mis à jour il y a 1 ans

L’Alsace vendredi 8 mai 2020

« Nous pouvons tenter une garderie de grande qualité »

DEVIN Paul

Paul DEVIN secrétaire général du SNPI-FSU, syndicat des inspecteurs du premier degré

propos recueillis par Nathalie CHIFFLET

À quoi va ressembler cette rentrée ? Cela ne sera pas possible de faire la classe : il faut dire les choses honnêtement ! Nous pouvons tenter une garderie de grande qualité, qui cherchera par moments à avoir des enjeux éducatifs, une garderie avec de grands enjeux relationnels avec les enfants au sortir de cette période de confinement, mais faire la classe avec des apprentissages comparables à ceux d’une situation de classe habituelle, ce n’est possible. L’engagement des enseignants ne fait pas défaut : c’est la réalité qui va l’empêcher.

Le volontariat, ce choix difficile laissé aux parents de remettre ou non leur enfant à l’école, est-il une bonne chose ?
Le Président de la République a argué que s’il avait imposé une obligation, on le lui aurait reproché. Il donne une réponse séduisante : c’est l’habileté rhétorique d’un discours, plutôt que le choix politique assumé d’une prise de risque, avec une reprise de l’école qui ne sert aucune véritable logique, aucune finalité d’intérêt général.

Diriez-vous que Jean-Michel Blanquer échoue à convaincre des bonnes raisons de reprendre l’école ?
Rouvrir les écoles serait un choix défendable, mais l’argumentation rationnelle est difficile, car les raisons pour lesquelles on le fait ne sont pas assumées. On explique que la motivation première de cette rentrée est liée à des questions sociales, les inégalités, la protection des enfants et la lutte contre le décrochage scolaire. Or, la reprise ne s’organise absolument pas autour de ces questions. Elle se fait sans priorité. On ne dit pas clairement non plus si elle est motivée par des raisons économiques, favorables à la reprise de l’emploi, avec une rentrée axée sur les enfants les plus jeunes, ceux qui ne peuvent s’assumer seuls, pour permettre aux parents de retourner au travail.

Sera-ce dangereux d’envoyer son enfant à l’école ?
Personne n’a la réponse. On ne sait pas jusqu’où l’école va être capable de mettre en œuvre le protocole sanitaire. Tout le monde va tout faire pour qu’il le soit au maximum, mais il est souhaitable que l’on ne rouvre pas les écoles quand ça n’est pas possible. Une majorité de maires est d’ailleurs sur cette position et il faut saluer les élus, qui font aujourd’hui preuve d’une grande responsabilité, veulent bien faire les choses, malgré la complexité.

Le ministre de l’Éducation nationale affirme que le choix de rouvrir les écoles est « une question d’honneur ». Qu’en pensez-vous ?
Parler d’honneur c’est suggérer que ce serait un déshonneur de ne pas rouvrir les écoles. Jean-Michel Blanquer n’a certes pas dit que les maires inquiets, protestant contre la réouverture des écoles, se marquent de déshonneur, mais c’est cela sonne comme une accusation.

https://c.lalsace.fr/actualite/2020/05/07/ce-ne-sera-pas-possible-de-faire-la-classe

Télécharger l’article

Blog Paul DEVIN  : https://blogs.mediapart.fr/paul-devin/blog

L'ignorance mène toujours à la servitude