phone_callback

Gel des salaires pour les fonctionnaires en 2012

Mis en ligne le - Mis à jour il y a 10 ans

Gel des salaires pour les fonctionnaires en 2012.

« Le gouvernement fait le choix de ne pas augmenter le point d’indice pour 2012, et ce comme pour 2011 », annoncent François Baroin, ministre du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la réforme de l’État, et son secrétaire d’État Georges Tron, mardi 19 avril 2011, à l’issue d’une réunion sur les salaires dans la fonction publique avec les organisations syndicales à Bercy. La non-revalorisation du point d’indice des salaires des fonctionnaires pour 2012 fait suite à une première année de gel en 2011 ; le point d’indice avait été relevé de 0,5 % en juillet 2010. « C’est une mesure responsable vis-à-vis de nos finances publiques », déclare François Baroin. Opposés à cette annonce, les huit syndicats de fonctionnaires ont quitté prématurément la réunion (FSU, FO, CFDT, CGT, CFTC, CFE-CGC, Unsa, Solidaires), au terme d’une heure et demi de discussions avec les ministres.

Georges Tron, secrétaire d’État chargé de la Fonction publique, veut en revanche « relativiser le poids du point d’indice » dans la rémunération globale des fonctionnaires. « C’est désormais un élément parmi d’autres de l’évolution du pouvoir d’achat et du niveau de rémunération des fonctionnaires », ajoute François Baroin, assurant que le pouvoir d’achat des agents publics « a augmenté de plus de 10 % depuis 2007 ».

SÉRIE DE MESURES

Sans toucher à la valeur du point d’indice, le gouvernement entend faire évoluer ces différentes mesures pour « garantir aux agents publics une hausse substantielle de leur pouvoir d’achat », indique Georges Tron. Une « série de mesures techniques » ont ainsi été présentées aux organisations syndicales de fonctionnaires lors du rendez-vous salarial. « Deux réformes vont être engagées » : le « supplément familial de traitement », correspondant à la participation de l’employeur aux coûts de l’éducation des enfants, « sera rénové en 2012 » ; l’ « indemnité de résidence », complément de rémunération visant à compenser les différences de coût de la vie selon la commune de résidence du fonctionnaire, sera également réformée : une « nouvelle classification des communes doit être entreprise afin de mieux prendre en compte la réalité du coût de l’immobilier sur le territoire ».

Par ailleurs, « les grandes orientations de ces dernières années seront maintenues », déclare Georges Tron : « L’important chantier de rénovation des grilles va ainsi être poursuivi avec la revalorisation des grilles des agents de catégorie A et de l’encadrement supérieur. » Le sommet de la grille de la catégorie C sera également révisé « dès 2011 ». La Gipa (garantie individuelle du pouvoir d’achat), qui a bénéficié à 55 488 agents en 2010 pour un montant moyen de 797 euros, sera reconduite.

UNE « SITUATION INACCEPTABLE » (FSU)

La FSU estime mardi 19 avril 2011 qu’après « la réforme des retraites et l’augmentation des cotisations retraites (une journée par mois de salaire en moins à terme), la RGPP et le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, dégradant considérablement les conditions de travail des agents, cette annonce va encore aggraver la baisse du pouvoir d’achat et creuser les inégalités de salaires entre les hommes et les femmes (de 15 à 20 %) et entre les fonctions publiques, pénalisant les plus faibles catégories ».

Selon la fédération, cette « situation » est « inacceptable ». « Il est urgent de changer de cap en matière de politique salariale », fait valoir la FSU qui demande « au gouvernement d’ouvrir rapidement de réelles négociations permettant des mesures de revalorisation du point d’indice et le rattrapage des pertes subies jusqu’ici ».