phone_callback

Direction d’école : pas de hiérarchie dans l’école !

Mobilisons nous : j’écris aux sénateurs et sénatrices

Mis en ligne le - Mis à jour il y a 18 jours

Les débats devaient durer deux journées. Il aura suffi de l’après-midi du 29 septembre pour que la majorité adopte la loi Rilhac. Celle-ci fait entrer les directeurs d’école dans la chaine hiérarchique sans leur donner aucun moyen supplémentaire pour exercer leur mission. Le texte doit maintenant être voté par le Sénat pour entrer en application.

Peu d’avancées ont été apportées au texte adopté en première lecture par le Sénat au mois de mars dernier : l’Assemblée Nationale s’est alignée sur la position sénatoriale d’un•e directeur•trice exerçant une autorité hiérarchique sur ses adjoints.

Les directeurs.trices deviennent ainsi de véritables moyens de pression sur les adjoint.e.s, pour mettre en place des politiques ministérielles dont nous connaissons tous la pertinence pédagogique, avec obligation de résultats et la nécessité pour eux de rendre des comptes, sans même que ne soit véritablement abordé la question des moyens supplémentaires.

IL S’AGIT D’UN PROFOND BOULEVERSEMENT DE L’ECOLE PUBLIQUE QUI DOIT NOUS INCITER A NOUS MOBILISER TRES RAPIDEMENT.

Le texte doit encore repasser au Sénat le 20 octobre. Il faut collectivement continuer à peser sur le débat en envoyant un mail à nos sénateurs afin qu’ils ne votent pas cette loi catastrophique pour l’école publique. ENSEMBLE, NOUS POUVONS FAIRE RECULER CE PROJET.

Pour écrire aux sénateurs et sénatrices du Haut-Rhin, je copie la lettre ci-dessous, je la date et j’y inscris mon nom puis je la colle dans ma boîte mail personnelle et je l’envoie aux adresses des sénateurs/ sénatrices du Haut-Rhin.
Les coordonnées des sénateurs et sénatrices du Haut-Rhin
c.klinger@senat.fr
l.haye@senat.fr
s.drexler@senat.fr
p.schillinger@senat.fr

La lettre aux Sénateurs et sénatrices

Madame la Sénatrice, Monsieur le Sénateur,
L’Assemblée Nationale n’a pas reconduit ce qu’elle avait adopté en première lecture à propos de la proposition de loi Rilhac : « le directeur n’exerce pas d’autorité hiérarchique ». De plus, le projet issu de la commission réaffirme l’autorité fonctionnelle et la participation du directeur•trice à « l’encadrement du système éducatif ». Il installerait donc de fait une autorité hiérarchique qui ne dit pas son nom.
Madame la sénatrice, Monsieur le Sénateur, nous vous demandons de ne pas voter la loi en l’état.
Son adoption bouleverserait le fonctionnement actuel de l’école qui fait ses preuves au quotidien comme l’a montré encore récemment la gestion de la crise sanitaire depuis mars 2020.
Les enseignant•es et les élèves n’ont pas besoin d’une hiérarchie supplémentaire au sein des écoles mais bien de moyens supplémentaires pour en améliorer le fonctionnement, notamment par l’octroi de décharges et d’une aide administrative pérenne.
Date :
Signature :