phone_callback

Des programmes ajustés ou réécrits ?

Mis en ligne le - Mis à jour il y a 3 ans

Des programmes ajustés ou réécrits ?

Moins de deux ans après la parution des nouveaux programmes de 2016, le ministre qui devait être le premier à ne pas défaire ce qui avait été construit par les précédents provoque avec ces « ajustements » de l’exaspération dans les salles des maîtres et des maîtresses. Les projets de clarification et d’ajustement des programmes en mathématiques, français et éducation morale et civique (EMC) ont été votés par le Conseil supérieur des programmes (CSP) le 14 juin dernier et seront présentés au Conseil supérieur de l’éducation (CSE) le 6 juillet prochain, mais sont déjà en téléchargement sur le site du ministère.

Le discours de la méthode

« Il faut rompre avec ces vieilles habitudes qui consistent à défaire ce que les précédents ont mis en place » avait-il dit. La formule a peu duré et le naturel est revenu au galop semble -t-il au service d’une méthode ministérielle consistant à faire croire que des programmes qui n’ont pas deux ans seraient à l’origine de tous les maux de l’éducation nationale.
Les programmes de 2016 élaborés par le CSP, instance indépendante, avait ensuite fait l’objet d’allers-retours avec les organisations représentatives présentes au CSE dont celles des enseignants ce qui avait permis dialogues et ajustements. Aujourd’hui, on peut largement en douter puisque ces projets d’ajustements sont déjà publiés et disponibles. Aussi quel que soit l’avis de la communauté éducative, la parole ministérielle fait foi et elle a manifestement largement inspiré les membres du conseil national des programmes.
Pour quels changements dans les contenus ?

Pas simple de comparer le nouveau texte avec les programmes de 2016. On ne sait d’ailleurs pas si la référence aux programmes de 2016 peut disparaitre et si ces nouvelles prescriptions feront force de loi en lieu et place.
On observe globalement une segmentation des enseignements déconnectés du contexte et donc du sens notamment pour les élèves les plus éloignés de la culture scolaire.
On supprime le symptomatique « prédicat » qui aura fait couler beaucoup d’encre mais qui n’aura pas réussi à traumatiser plus d’une ou deux cohorte d’élèves. Du côté de l’EMC, alors que les programmes de 2016 prévoyaient un enseignement fondé sur l’expérience des élèves ce seront désormais une série de notions à maitriser selon une progression définie. Ainsi dès le CE2, les enfants devront connaitre le premier couplet de la Marseillaise et le conseil d’élèves …disparait du cycle 2.
Bref on l’a compris ces changements relèvent essentiellement de l’idéologie et d’une philosophie générale des disciplines cherchant à revenir à un enseignement vertical fait de contenus identifiés. L’exemple du passé simple est révélateur de ce point de vue ou encore la place minimale consacrée à la production d’écrits que la présidente du CSP semble réduire au seul geste graphique.
Des repères annuels sont également prévus et encore en chantier à la direction de l’enseignement scolaire. Ils risquent de rendre caduque la notion de cycle en mettant de côté les attendus de fin de cycle qui étaient pourtant le ciment d’une conception progressive des apprentissages prenant appui sur les connaissances et compétences effectives des élèves.

On change encore …

Mais c‘est surtout de l’agacement, de l’exaspération voire de la colère qui sont ressentis dans les salles de maîtres et de maîtresses devant ces changements incessants. Le renversement de valeurs opéré par ces ajustements sur le plan de la philosophie générale de l’enseignement ne vient pas aider à construire un projet et une vision sur le long terme dont l’école a tant besoin. Des ajustements, dans la droite ligne du guide orange CP et des notes au BO d’avril, qui laissent de moins en moins la main aux enseignants et aux équipes comme l’avait pourtant instauré l’esprit des programmes de 2016.