phone_callback

Création du «collectif du 14 juin 2011 » pour sauver l’école publique.

Mis en ligne le - Mis à jour il y a 10 ans

Création du « collectif du 14 juin 2011 » pour sauver l’école publique.

Lors de la réunion publique du mardi 14 juin 2011 à Saint-Amarin sur le thème de l’école et de son avenir, un collectif est né, dénommé : « Collectif du 14 juin 2011 ».

Contact : collectif.14.06.2011@gmail.com

Après débats, l’assemblée, consciente des enjeux de société que représentent les choix en matière d’éducation exige l’arrêt de la destruction de l’école publique.
Le collectif du 14 juin 2011 demande :
- Le respect des seuils définis d’ouverture et de fermeture de classes
- Le remplacement systématique des absences d’enseignants
- Le renforcement des dispositifs d’aides aux élèves en difficulté RASED//SEGPA

Une lettre a été rédigée pour être envoyée à l’lnspectrice d’Académie.
Voir ci-dessous la lettre ainsi qu’un tableau pour recueillir des signatures.
- Lettre à l’Inspectrice d’Académie
- Tableau avec les signatures

Vous n’avez qu’à les imprimer en recto-verso (c’est important) remplir et faire remplir lisiblement les cases par TOUTES les personnes de votre entourage, Parents, grands parents, oncles, tantes, pêcheurs, boulistes, cavaliers, gendarmes, ouvriers, patrons, chômeurs, élus, agriculteurs, associations, intermittents du spectacle, enseignants, artistes, philosophes …

Ce tableau est ensuite à renvoyer à : « Collectif du 14 juin 2011 » 1 rue de la chapelle 68470 FELLERING.

Nous sommes tous concernés, c’est à l’école que se construit la société dans laquelle nous vivrons demain, l’enjeu est de taille.

Utilisez tous les moyens de communication à votre disposition : Facebook, MSN, etc... pour relayer l’information
Si vous voulez relayer l’info dans les autres Académies, il suffit de changer le destinataire de la lettre...N’hésitez pas.

Nous avons jusqu’au 28 juin 2011 date à laquelle nous nous rencontrerons à nouveau à la Maison du Bailly de Saint-Amarin à 20h pour réunir toutes ces signatures et nous les enverrons à l’Inspectrice d’Académie, aux élus, au Ministre.