phone_callback

Courrier adressé au premier ministre sur la situation des universités, des établissements scolaires et des écoles

Mis en ligne le - Mis à jour il y a 9 mois

FSU siteLes Lilas, le 25 janvier 2021

Courrier adressé au premier ministre sur la situation des universités, des établissements scolaires et des écoles

Nous vous demandons qu’une véritable priorité soit accordée au système éducatif et à l’enseignement supérieur et vous soumettons à cet égard un certain nombre de propositions, qui seraient de nature à mieux assurer la sécurité sanitaire, et permettre le plus longtemps possible des conditions d’enseignement les plus favorables aux élèves et étudiant-es :

- Un accès prioritaire à la vaccination pour les personnels exerçant dans les écoles et établissements scolaires ou de l’Enseignement supérieur qui le souhaitent, notamment les personnels vulnérables et celles et ceux qui exercent en présence des élèves et ne bénéficient pas de mesures de protection optimales (personnels des écoles maternelles, accompagnant-es des élèves en situation de handicap, personnels territoriaux notamment dans les cantines, surveillant- es des collèges et lycées, ...).

- Une campagne massive de tests PCR de façon à isoler rapidement les cas positifs, notamment aux variants plus contagieux du covid et endiguer les chaînes de contaminations. Pour plus d’efficacité et que leur accès soit facilité pour les personnels, ces tests doivent être effectués sur site par des équipes mobiles. Et dès que possible il faudra les accompagner de tests salivaires.

- Un équipement en masques chirurgicaux à usage unique pour les personnels comme pour les élèves, compatibles avec le niveau de contagiosité du virus, de façon à garantir à tous-tes une protection conforme aux préconisations du Haut Conseil de la Santé Publique qui a émis des réserves sur l’efficacité de filtration des masques en tissu sur le variant du virus. Des disponibilités en masque FFP2 pour les personnels en situation à risque plus importante.

- Une harmonisation des règles relatives à l’isolement des cas contacts. A l’heure actuelle, l’éviction et l’isolement des personnels qui ont été en contact avec un cas positif reposent sur les instructions des autorités locales de l’éducation qui ont aussi à charge d’assurer la continuité du service. Cela peut se traduire parfois par des refus de placement à l’isolement, ce qui est en totale contradiction avec la stratégie nationale relative à la rupture des chaînes de contamination. Le problème se pose aussi pour les élèves qui ne sont pas systématiquement considérés comme des cas contacts, alors qu’ils peuvent être asymptomatiques et vecteurs de transmission du virus. Le président du conseil scientifique a récemment préconisé de renforcer ces règles dans l’Éducation nationale (isolement à partir d’un cas positif et non plus trois, règle par ailleurs, très inégalement appliquée) : quand ces recommandations vont-elles être expertisées pour être appliquées ?

- Une harmonisation de la règle de fermeture des écoles et établissements scolaires en cas de clusters. L’appréciation de la situation est aujourd’hui laissée aux autorités locales, chargées d’évaluer le risque sanitaire en fonction des cas. Cela a pour effet d’entraîner une cacophonie avec des situations disparates d’un département ou d’une académie à l’autre (une école ferme après un cas contact chez un animateur périscolaire tandis qu’une autre reste ouverte après vingt cas positifs avérés) et une forte inquiétude dans la communauté scolaire, des parents d’élèves aux personnels.

- L’accélération de la mise en place des dispositifs permettant d’améliorer l’aération des salles : la dernière mise à jour du protocole sanitaire recommande, pour la première fois en 10 mois, l’utilisation de détecteurs de CO2 dans les cantines, c’est un premier pas qu’il convient de généraliser aux différents lieux des établissements scolaires.

- Un travail avec les collectivités territoriales sur les possibilités d’attribution de locaux supplémentaires permettant d’accueillir dans de meilleures conditions les élèves et étudiant-es.

- Des dotations budgétaires augmentées permettant l’embauche de personnel et l’achat d’équipements de protection sanitaire.

Le courrier complet