Source du document : Actualités  / Actualités 2018-2019  SNUipp-FSU Haut-Rhin
Document publié le 2019-06-04 22:39:26 © SNUipp-FSU Haut-Rhin



Grève jeudi 13 juin 2019 Publié le: mardi 4 juin 2019





Dans un contexte national tendu, la place de l’Ecole prend toute sa dimension et son importance. L’avenir des élèves se trouve bafoué à coup de réformes destructrices, de conditions de travail de plus en plus dégradées, de politiques libérales dont le « new management public » est l’instrument de mise en œuvre. Le gouvernement maintient son cap malgré les nombreuses mobilisations, les alertes et les actions nationales. Ce dernier se complait dans le silence et l’opacité totale. Néanmoins, il faut mettre à l’actif du SNUipp-FSU quelques reculs, certes insuffisants, comme l’abandon des EPSF (établissements publics des savoirs fondamentaux).

Le SNUipp-FSU a su faire valoir son livre blanc pour contrer le discours simpliste, binaire et rétrograde du ministère Blanquer. La circulaire de rentrée est particulièrement inquiétante, tant pour les enseignants que pour les élèves eux-mêmes. Les programmes de 2015 et 2016 avaient été bien accueillis par la profession et faisaient consensus. M. Blanquer fait fi de toute la recherche pédagogique et propose une école archaïque en s’appuyant sur une infime partie des neurosciences pour promouvoir les visées passéistes de l’Institut Montaigne.

Ainsi, le Ministère dénigre la professionnalité des enseignants en recrutant des étudiants contractuels dès la M1. Depuis 2009, le SNUipp-FSU n’a cessé de proposer une formation initiale à la hauteur des enjeux avec des pré-recrutements, sans pour autant qu’il y ait un décrochage entre le premier et le second degré. En effet, enseigner de la maternelle à l’université est un métier qui s’apprend, qui nécessite un haut niveau de qualification ainsi qu’une formation initiale solide dépassant très largement les simples savoirs fondamentaux. Cela doit nécessairement s’accompagner d’une revalorisation salariale reconnaissant cette professionnalité d’une part et d’autre part permettant d’enrayer le déclassement salarial subi par cette profession depuis de trop nombreuses années. Il nous faut retrouver du pouvoir d’agir sur notre métier. Il s’agit là d’une bagarre idéologique incontournable qui concerne outre les acteurs, la société toute entière.

L’Ecole à la « Blanquer » vise à intimider les enseignants, à mettre les écoles en concurrence entre elles, les enseignants en concurrence entre eux et à créer une école à plusieurs vitesses en favorisant le développement des écoles privées sous contrats ou non. La conséquence sera un accroissement des inégalités aux antipodes de l’éducabilité de tous et toutes que porte le SNUipp- FSU. Les moyens utilisés sont le pilotage par la performance et le résultat, le salaire « au mérite », la contractualisation dans la Fonction Publique en lieu et place du Statut. A cela s’ajoute un affaiblissement orchestré du dialogue social, par la fusion des instances CHSCT et CT et la restriction des compétences des CAP, créant ainsi une opacité concernant le mouvement des personnels et leur déroulement de carrière.

Pour affirmer notre opposition à cette loi, pour montrer au Sénat et à l’Assemblée nationale notre inquiétude pour l’avenir de notre école, faisons grève le JEUDI 13 JUIN 2019 !

Rassemblement devant la Préfecture à Colmar à 13 heures !

La déclaration d’intention à télécharger et à envoyer à votre IEN par courrier postal ou voie électronique (à partir de votre boîte professionnelle) avant le lundi 10 juin 2019 minuit.