Source du document : Actualités  / Actualités 2018-2019  SNUipp-FSU Haut-Rhin
Document publié le 2018-09-18 14:35:44 © SNUipp-FSU Haut-Rhin



Compte-rendu de la CAPD hors classe du 17 septembre 2018 Publié le: mardi 18 septembre 2018





Promotions à la hors classe

La CAPD pour les promotions de 2018 s’est enfin tenue ! Les PE concernés ont été avertis par mail par le SNUipp-FSU. Pour 1177 enseignants promouvables, il y avait 158 promotions possibles.

Pour les avis émis par les IEN, la DASEN précise qu’elle n’a pas imposé de quotas. Nous avons constaté des disparités selon les circonscriptions, qui semblent révéler des différences de conception sur le sens recouvert par chaque avis (excellent, très satisfaisant, satisfaisant, à consolider), mais aussi un cadrage académique bien insuffisant. Si la loi ne prévoyait pas que les IEN rencontrent les enseignants, il s’avère que porter une appréciation concernant des PE connus, inspectés récemment semble envisageable ; cependant, lorsque les IEN ou les enseignants sont nouveaux, cette évaluation apparaît bien plus complexe. Pour autant, il semble que la charge de travail imposée aux IEN ait été sous-évaluée par le ministère. Le SNUipp-FSU a interpellé la DASEN sur les disparités entre la très bonne note de certains collègues et l’appréciation « mitigée » qui leur a été attribuée. Le SNUipp-FSU est intervenu pour dénoncer l’absence de perspectives pour les professeurs des écoles ayant reçu un avis « à consolider » par exemple. En effet, le législateur ne prévoit pas la possibilité de demander une révision de cet avis, et une modification le cas échéant : il faut permettre aux professeurs d’évoluer, et reconnaitre leurs progrès. La DASEN admet que cela peut être décourageant, et assure qu’elle fera remonter cette doléance au ministère. La DASEN a rappelé que les professeurs ne comprenant pas l’avis donné par leur IEN peuvent solliciter un entretien, et seront reçus par ce.tte dernier.ère. Par ailleurs, les enseignants ayant reçu un avis « à consolider » seront bénéficiaires d’une aide répondant à leurs besoins professionnels. Elle souligne aussi que seuls 6 avis initiaux des IEN ont été modifiés, à chaque fois en faveur des enseignants concernés. Tou.t e.s les promu.es seront avertis par mail, puisque le logiciel ne permet pas d’informer d’une promotion de l’année n-1.

Le SNUipp-FSU se bat pour :

- l’augmentation des flux de promotions ;
- l’étude individuelle de chaque recours portant sur les avis ;
- la prise en compte l’ancienneté de service sur l’ensemble de la carrière, tous corps confondus en cas d’égalité de barème ;
- la révision dès l’année prochaine des avis portés cette année.

Egalité femmes/hommes

Sur 1177 promouvables, seules 80% de femmes sont promouvables et 20% d’hommes, alors que la profession est composée de 86% de femmes ! Finalement, seules 73% de femmes sont promues, et 27% d’hommes, mais plus de la moitié des femmes ont un avis « excellent » (51%) ; et 22% un avis « très satisfaisant », 28% des hommes ont un avis « excellent » ; et 28% un avis « très satisfaisant ». La parité n’est de loin pas respectée. Le SNUipp demande que deux listes soient établies : une liste de femmes, une liste d’hommes, et que 83% des promouvables soient promu.es pour les femmes. La DASEN répond que cela n’est pas envisageable au niveau départemental.

Rappel des mandats du SNUipp-FSU :

Respect de la proportion des hommes et des femmes dans le corps des PE. Le syndicat est intervenu fortement sur ce point auprès du ministère.

Evaluations CP/CE1

Les réunions d’informations ne peuvent pas être déduites des formations pédagogiques (les 18h), elles seront cependant déductibles des 6h académiques. Les directeures.rices qui ont des formations sur ce temps académique seront remplacé.es sur 2 demi/journées pour la saisie des résultats.

Temps de travail, ce qu’en dit le SNUipp :

L’allègement des obligations de service des enseignants est nécessaire via une déconnexion du temps élève et du temps enseignant pour aller vers un service de 18 heures d’enseignement. Cela passe par une première étape de 21 heures de classe et 3 heures de concertation, sans diminution du temps de classe pour les élèves.

Rappel de la position du SNUipp-FSU concernant les évaluations CP-CE1 :

- les enseignants sont des professionnels concepteurs et non de simples exécutants. Il invite les équipes pédagogiques à reprendre la main sur toute évaluation proposée.
- dans une véritable école « de la confiance », ni les élèves ni les enseignants ne doivent être soumis au stress permanent d’une évaluation à laquelle ils n’accordent que peu de sens.
- des évaluations par échantillon peuvent être nécessaire pour analyser un système éducatif, mais elle ne saurait se confondre avec l’évaluation formative, conçue et analysée par les enseignants pour conduire les apprentissages.
- les évaluations proposées en cette rentrée ne répondent ni à l’une ni à l’autre de ces préoccupations.

Stages MIN

Le SNUipp-FSU demande quand les enseignants du spécialisé pourront partir en stage MIN. Les services reconnaissent un retard à ce niveau, et informeront une prochainement des décisions.

Promotions:carrière, ce que défend le SNUipp-FSU :

Un déroulement de carrière sans obstacle qui permette à tous les personnels d’accéder, avant de partir à la retraite, aux indices terminaux de leur corps.

Permettre à toutes et tous de terminer au dernier échelon de la hors-classe : la hors-classe ne concerne que 8,6 % des PE aujourd’hui. Comment la classe exceptionnelle pourrait-elle demain en concerner 10% ? Il est d’abord nécessaire d’augmenter au plus vite le flux des promus à la hors classe pour que tous accèdent à l’indice terminal 821 (soit 3 090 euros net mensuel) et d’instituer une « clause de sauvegarde » qui permette à tous les enseignants bloqués au 11e échelon de la classe normale d’être promus automatiquement. D’autres mesures nécessaires pour rendre le métier et certaines fonctions attractives : accélérer la carrière de celles et ceux qui exercent en éducation prioritaire, sans que cela ne ralentisse la carrière des autres personnels (comme aujourd’hui avec l’avantage spécifique d’ancienneté), alléger le temps de travail, augmenter les salaires par des bonifications indiciaires, améliorer les conditions de travail en réduisant le nombre d’élèves par classe, en développant des possibilités de travail en petits groupes sont autant de moyens de rendre attractif le métier et ses fonctions particulières.