Source du document : Actualités  / Actualités 2017 2018  SNUipp-FSU Haut-Rhin
Document publié le 2018-08-31 14:00:34 © SNUipp-FSU Haut-Rhin



"Pour une inclusion raisonnée"- stage syndical le mardi 9 octobre 2018 Publié le: vendredi 31 août 2018





Stage syndical

"Pour une inclusion raisonnée"

Le SNUipp-FSU du Haut-Rhin organise un stage de formation syndicale
mardi 9 octobre 2018 de 9h à 16h à WITTENHEIM (salle Albert Camus - 1B rue des mines)
avec l’intervention de Paul DEVIN. DEVIN Paul

Ce stage de formation syndicale est ouvert à l’ensemble des personnels syndiqué.e.s ou non.

Pour s’inscrire
- Envoyez-nous un mail (snu68@snuipp.fr) pour nous faire part de votre participation.
- La demande (Formulaire unique de demande d’autorisations absence) est à présenter un mois à l’avance à l’IEN (8 septembre 2018 dernier délai).

Chaque enfant a le droit d’être scolarisé près de chez lui et l’école se doit d’être inclusive. Mais accueillir tous les enfants à besoins éducatifs particuliers ne va pas toujours de soi. Les enseignants ne disposent pas souvent des bonnes conditions pour le faire.
Dans une note rendue publique en décembre 2016, le ministère de l’Éducation nationale dressait un bilan quantitatif tout à fait flatteur de la scolarisation des enfants en situation de handicap. À la rentrée 2015, le nombre d’enfants scolarisés en milieu ordinaire a progressé de 80 % par rapport à 2005, année de promulgation de la loi handicap.
Au total, cela représente 350 000 enfants ou adolescents dont 57 % dans le premier degré. La note souligne aussi que 80 % d’entre eux sont scolarisés en milieu ordinaire, dont un tiers en ULIS, et 20 % en milieu spécialisé. Mais, ce dont ne parle pas ce bilan c’est de la qualité de la scolarisation des enfants dans une école qui, depuis 2013, ne se doit plus d’être seulement « intégratrice » mais surtout « inclusive ». Ce dont ne parle pas ce bilan, c’est des difficultés d’exercice du métier d’enseignant dans un système où les conditions ne sont pas toujours réunies pour leur faciliter la tâche, notamment en raison d’effectifs trop lourds dans les classes.
L’école inclusive c’est un changement de paradigme dans la manière de concevoir l’accueil des élèves en situation de handicap, en grande difficulté scolaire, les enfants malades ou allophones, à l’école. Ce changement est illustré par l’évolution des classes CLIS en dispositifs ULIS. Les premières regroupaient ces élèves au sein d’une petite classe spéciale, leur permettant d’intégrer une classe ordinaire de temps en temps. Avec les secondes, l’élève fait partie d’une classe ordinaire de référence, le regroupement sur l’ULIS se faisant seulement pour l’enseignement de certaines matières nécessitant un accompagnement particulier de l’enseignant spécialisé.
Mais l’inclusion scolaire c’est la plupart du temps accueillir ces élèves dans une classe ordinaire et cela ne va pas de soi. Certes, la gestion de l’hétérogénéité fait partie des compétences professionnelles des enseignants. Mais parfois, cela devient très difficile.
Ce n’est donc pas pour rien qu’en matière d’école inclusive, le SNUipp-FSU porte des revendications précises comme le développement de la formation, la création de places dans les dispositifs spécialisés, une baisse significative des effectifs dans les sites ou des enseignants spécialisés itinérants pouvant intervenir dans les classes.

Retrouvez le dossier du SNUipp-FSU "Ecole inclusive, le métier bousculé"

Alors, comment penser et mener une "inclusion raisonnée" ?

Paul DEVIN est un syndicaliste FSU, inspecteur de l’Éducation Nationale, secrétaire général du SNPI-FSU, syndicat des inspecteurs (IEN et IA-IPR) de notre fédération syndicale, la FSU.

Pour aller plus loin :
- le blog de Paul DEVIN
- une tribune "Pour une inclusion raisonnée" publiée dans la revue du CERFOP en novembre 2016.