Source du document : Actualités  / Actualités  SNUipp-FSU Haut-Rhin
Document publié le 2014-01-25 13:51:21 © SNUipp-FSU Haut-Rhin



ABCD de l’égalité : l’extrême droite tente d’instrumentaliser l’école Publié le: samedi 25 janvier 2014





ABCD de l’égalité : l’extrême droite tente d’instrumentaliser l’école

Alors que des parents d’élèves sont invités dans plusieurs départements à ne pas envoyer leurs enfants à l’école pour protester contre une soi-disant « théorie du genre », le SNUipp-FSU intervient auprès du ministère pour qu’il rappelle aux familles la nécessaire sérénité dont ont besoin les enseignants dans leur travail quotidien.

Diverses organisations proches de l’extrême droite invitent les parents d’élèves des écoles de plusieurs départements à participer à une « journée de retrait de l’école » en agitant le spectre d’une soi-disant « théorie du genre ». Il est demandé à cette occasion aux familles de ne pas envoyer leurs enfants en classe le vendredi 24 janvier ou le lundi 27, pour protester contre les actions pédagogiques de sensibilisation à l’égalité fille-garçon, les ABCD de l’égalité, mises en place dans certaines académies.

Intervention au ministère

Le SNUipp-FSU est immédiatement intervenu auprès du ministère de l’Éducation nationale pour que soit rappelée aux familles «  la place, déjà ancienne, de ces apprentissages dans les programmes, et que ces questions cessent de troubler l’indispensable sérénité dont ont besoin enseignants, élèves et parents au sein de l’école. » Le Recteur a transmis un mail à toutes les écoles d’Alsace (voir ci-dessous).

Le SNUipp-FSU a écrit au Ministre

Lire aussi  :
-  ABCD de l’égalité : lutter contre les stéréotypes de genre


Message du Recteur aux directeurs d’école

s/c de mesdames et messieurs les inspecteurs de l’Education nationale, chargés de circonscription

s/c de mesdames les inspectrices d’académie - directrices des services académiques de l’Education nationale du Bas-Rhin et du Haut-Rhin

L’académie de Strasbourg a pris connaissance du mouvement "JRE" et de son appel national à une journée de retrait de l’école, au motif que l’Education nationale introduirait un enseignement sur la "théorie du genre" dans ses programmes.

Ce mouvement d’inquiétude n’est pas fondé ; il s’appuie sur une rumeur.

Aussi, en réponse à celle-ci, je vous recommande d’agir avec bon sens et réactivité et de communiquer clairement un message rassurant à destination des familles, coupant court aux tentatives de manipulation et de désinformation :

« Les programmes en vigueur ne font aucune référence aux théories évoquées. Les consultations nationales sur les contenus des nouveaux programmes, auxquels les enseignants ont contribué, et qui entreront progressivement en vigueur jusqu’en 2017, n’y font pas davantage référence ».

Par ailleurs, il convient de rappeler que le fait de priver les enfants d’une journée de classe revient à les priver des apprentissages nécessaires à leur développement et à leur formation et à rompre une semaine d’acquisitions fondamentales programmées ; cela va à l’encontre de toute logique éducative et de l’obligation légale de fréquentation scolaire. Dans le droit français, le "droit de retrait" peut s’appliquer pour un salarié face à un danger grave, imminent et inévitable. Il ne saurait être transposé à des écoliers qui sont pris en charge par des enseignants consciencieux et respectueux, dans des conditions garantissant leur intégrité et sécurité physique et morale en vertu des obligations professionnelles que la nation leur impose.

A ce jour, dans les écoles publiques de France, les professeurs ne sont autorisés à dispenser aucun enseignement que véhiculent les réseaux sociaux qui sèment la panique. L’école demeure et demeurera le lieu apaisé des apprentissages conformes aux programmes en vigueur.

Le Recteur Jacques Pierre Gougeon