Source du document : Actualités  / Actualités  SNUipp-FSU Haut-Rhin
Document publié le 2013-09-20 09:43:01 © SNUipp-FSU Haut-Rhin



Tableau de suivi dans les écoles « ECLAIR » : ce n’est pas le travail du directeur ! Publié le: vendredi 20 septembre 2013





Tableau de suivi dans les écoles « ECLAIR » : ce n’est pas le travail du directeur !

Part variable de la prime ECLAIR : injuste et subjective. 100% pour tous !

Il semblerait que dans certaines circonscriptions avec dispositif ECLAIR, des IEN aient demandé aux directeurs de renseigner un tableau de suivi synthétisant l’implication des collègues dans les différentes actions mises en œuvre durant l’année. Attention, l’objectif de ce tableau est de définir si un collègue a droit à la part variable de la prime ECLAIR ou non et à quelle hauteur. En d’autres termes, cela s’appelle du pilotage au mérite.

C’est donc au supérieur hiérarchique de faire ce travail et en aucun cas au directeur de l’école.

Le SNUipp Haut-Rhin demande donc à toutes les équipes de refuser de remplir toute enquête d’IEN qui viserait à différencier le travail de façon individuelle.

Le SNUipp du Haut-Rhin est déjà intervenu auprès de l’IENA en ce sens et demande à tous les collègues de veiller à ce que ce type d’agissement cesse. Nous rappelons ici que le SNUipp est pour un versement entier et sans condition de la prime « ECLAIR ». L’an passé, suite à la demande du SNUipp, peu d’IEN ont pu justifier clairement du non versement de tout ou partie de la part variable à certains collègues. Ces primes au mérite, aux critères forcément subjectifs, ne peuvent que nuire à l’ambiance au sein d’une équipe.

Si vous êtes directeurs, refusez de remplir ce tableau et signalez-nous toute relance. Si vous êtes adjoints dans l’école, intervenez auprès de l’équipe et du directeur, appelez-nous si besoin.

Pour le SNUipp du Haut-Rhin, le travail d’équipe est une condition indispensable à la réussite de tous les élèves, en particulier dans les quartiers les plus difficiles. Le renouvellement cette année encore d’un élément de rémunération créant des disparités de traitement entre des collègues ayant participé à l’élaboration d’un projet commun et ayant contribué à la réussite d’actions collectives conduira à un sentiment d’injustice et sera perçue comme la pérennisation d’une gestion arbitraire. Une attribution à géométrie variable de l’indemnité ECLAIR risque de fragiliser davantage la cohésion des équipes et de créer des tensions qui nuiraient au bon fonctionnement des écoles.

Les personnels de direction et les IEN de la FSU ont communiqué dans le même sens que le SNUipp l’an dernier. Rappel de leur communiqué de presse.

Répartition de la part modulable de l’indemnité ECLAIR COMMUNIQUÉ COMMUN DU SNUPDEN-FSU (SYNDICAT DES PERSONNELS DE DIRECTION) ET DU SNPI-FSU (SYNDICAT DES IEN)

samedi 17 mars 2012

Le décret n° 2011-1101 du 12 septembre 2011 prévoit que l’indemnité ECLAIR se répartit entre une part fixe (1156 euros) et une part modulable (pouvant atteindre au maximum 2400 euros). Il est prévu par le texte que les chefs d’établissement pour le second degré et les IEN pour le premier degré répartissent cette part variable entre les enseignants après avoir déterminé « les modalités de mise en œuvre des activités, missions ou responsabilités particulières ».

Le SNUPDEN et le SNPI appellent l’ensemble des personnels d’encadrement à refuser toute mise en concurrence des enseignants et tout dispositif de rémunération discriminatoire et discrétionnaire en répartissant équitablement la part dite « modulable ».