Source du document : Actualités  / Archives des actualités  SNUipp-FSU Haut-Rhin
Document publié le 2012-11-23 10:01:39 © SNUipp-FSU Haut-Rhin



RYTHMES SCOLAIRES : C’est quand qu’on va où ? Publié le: vendredi 23 novembre 2012





Le président de la république a annoncé que la réforme des rythmes scolaires s’étalera sur deux ans. Pour le SNUipp-FSU, toute modification devra tenir compte de l’avis des enseignants et s’accompagner de mesures fortes pour réellement transformer l’école.

« La réforme des rythmes scolaires s’étalera sur deux ans » a déclaré François Hollande, ce mardi 20 novembre au Congrès des Maires et des présidents des Communautés de France. Selon le chef de l’État, les collectivités qui le souhaitent pourront mettre la réforme en œuvre dès 2013, les autres en 2014. Cette décision montre qu’une réforme aussi complexe que celle des rythmes scolaires doit être bien préparée et correctement financée pour améliorer concrètement le fonctionnement de l’école.

Pour le SNUipp, le dossier n’est pas clos pour autant.

A ce stade, il apparait de grandes zones d’ombre concernant les critères, les délais et le cadre qui présideront à toute décision. Le SNUipp s’interroge sur cette annonce qui ne doit pas générer une école à deux vitesses. Le SNUipp demande un cadrage national fort sur les modalités de mise en œuvre de la nouvelle organisation scolaire.

Les enseignants ne peuvent être tenus à l’écart des processus de décision. De fait, il faudra que les conseils d’école soient consultés avant toute modification. C’est la demande formulée ce jour par le SNUipp au Ministre. Nous continuons à demander également l’abandon de l’aide personnalisée.

Le SNUipp, fidèle à ses habitudes de consultation de la profession, a une fois encore, pris toute sa place dans les négociations, arguments, propositions et chiffres à l’appui :

- Enquête flash sur le temps de travail des enseignants qui en l’espace de 48 heures a été renseignée par plus de 30 000 enseignants des écoles, le SNUipp-FSU lève le voile sur la face cachée du travail enseignant. Car enseigner ne se résume pas aux 27 heures hebdomadaires et réglementaires de service. Adjoints, directeurs qui effectuent nombre d’activités invisibles du grand public bien avant et bien après la classe.

- Le SNUipp, seule organisation syndicale à avoir également organisé une consultation de masse (il s’agit de la première (et seule) consultation à grande échelle ) auprès des enseignants pour les sonder sur les réformes à mener. Plus de 24 000 réponses collectées ce qui est considérable alors même que le ministre avait refusé de banaliser une journée.

Très éloigné d’un supposé conservatisme, l’idée de réformer l’école est plébiscitée à 89% mais c’est bien la baisse des effectifs par classe (81%), le travail en petits groupes avec « plus de maîtres que de classes » (73%), la formation des maîtres (75%), qui arrivent largement en tête des revendications.La réforme des rythmes n’arrive qu’en 5ème position. Une réforme des rythmes scolaires devrait - selon les enseignants - être accompagnée d’autres mesures, comme la redéfinition des dispositifs d’aide (92%) et la revalorisation de leur salaire (86%).

L’enquête du SNUipp-FSU donne des indications précises, précieuses, sur les leviers à actionner pour que la refondation de l’école, la « priorité au primaire » prennent corps.

Le SNUipp l’a donc rappelé sans relâche à chaque étape : la réforme des rythmes scolaires, telle qu’elle est déclinée par le Ministre, n’est pas la « recette « magique pour reformer l’école.

Des améliorations partout et pour tous

Que les écoles passent ou non à 4,5 jours, le statu quo n’est en tout état de cause pas possible. Des évolutions sont indispensables pour la rentrée 2013 avec notamment une révision des programmes et l’abandon de l’aide personnalisée dans sa forme actuelle. De plus, le SNUipp souhaite des améliorations concernant les obligations de service des enseignants du primaire. Il est temps de reconnaître tous les aspects de leur métier que l’enquête du SNUipp « la face cachée du travail » a mis en lumière. Le temps consacré à la préparation de classe, au travail en équipe, à la rencontre avec les parents, ... doit être pris en compte à hauteur de 108 annuelles ( 3 heures hebdomadaires). Il demande que les discussions permettent la réécriture du décret de 2008 sur les obligations de service des enseignants.

Des priorités identifiées

Le SNUipp-FSU rappelle que la réussite des élèves ne joue pas uniquement en modifiant les rythmes scolaires. Sa consultation auprès de 24 000 enseignants donne des pistes d’évolutions incontournables qui doivent voir le jour dans les écoles : baisse du nombre d’élèves par classe, refonte de la formation professionnelle, mise en œuvre du plus de maîtres que de classes. Il est l’heure de redonner confiance aux enseignants en leur permettant de faire du travail de qualité et de reconnaître leur engagement professionnel au service de la réussite des élèves en revalorisant leur salaire

Au SNUipp, nous faisons preuve d’exigence, parce que nous voulons que l’école évolue et se transforme pour des réformes réussies, pour les enseignants et leurs élèves, et non pas pour des bricolages ; parce que nous voulons que des enseignants « réhabilités » et revalorisés dans leur métier et leurs conditions de travail.

Le SNUipp reste bien sûr vigilant et déterminé pour que 2013 ou 2014 ne soient pas des rentrées axées sur un « changement de rythmes » imposé qui « manque de souffle » et d’ambition pour l’Ecole ! Il pèsera pour que les négociations se poursuivent dans le sens que nous souhaitons pour l’Ecole.