Source du document : Actualités  / Archives des actualités  SNUipp-FSU Haut-Rhin
Document publié le 2010-06-13 22:42:48 © SNUipp-FSU Haut-Rhin



82 % des Français pour une baisse drastique des dépenses publiques. Vraiment ? Publié le: dimanche 13 juin 2010





Alternatives économiques

82 % des Français pour une baisse drastique des dépenses publiques. Vraiment ?

Un sondage BVA indiquerait que 82 % des Français sont favorables à une baisse « drastique » des dépenses publiques. Un cas d’école de manipulation des sondages.

« Les Français soutiennent massivement le principe d’un plan de réduction drastique des dépenses (82 %). » La dépêche de l’agence Reuters est tombée à 7 h 21 le 27 mai dernier. Elle sera largement reprise par les rédactions parisiennes. Anecdotique ? Non, car cet exemple montre comment faire raconter aux enquêtes d’opinion bien davantage que ce qu’elles disent effectivement. Et, au passage, diffuser des messages politiques.

A l’origine, un sondage a donc été réalisé les 25 et 26 mai par l’institut BVA pour l’émission La matinale, de Canal +, auprès de 1 004 personnes représentatives. Rares sont les commentateurs qui sont allés vérifier la question réellement posée. Elle était la suivante : « Plusieurs gouvernements européens ont annoncé ces derniers jours des plans de réduction très significative de la dépense publique. Pensez-vous que la France doit faire de même en réduisant davantage ses dépenses ? ». Réponse : 39 % des personnes interrogées se déclarent « plutôt favorables » et 43 % « tout à fait favorable », d’où le fameux 82 %. Mais cette question était manifestement biaisée.

- Premièrement, le sondeur a exposé un contexte général − « Plusieurs gouvernements ont annoncé » − qui oriente la réponse : il ne s’agit que de faire « de même » que les autres.
- Deuxièmement, BVA a demandé si la France devait réduire « davantage » les dépenses publiques et non « de façon drastique ». Les sondés ont donc simplement répondu : « oui, il faut faire comme les autres, un effort supplémentaire ».

Pourtant BVA écrit dans sa présentation « OUI [en majuscules dans le texte original] ils [les Français] soutiennent massivement le principe d’un plan de réduction drastique des dépenses (82 %) », une présentation manifestement trompeuse… Et le tour est joué : la politique de baisse « drastique » des dépenses semble validée par l’opinion, et ce sondage fera le tour des débats publics.

- Qu’auraient-ils répondu, en revanche, si on leur avait posé la question : « Etes-vous favorable à une baisse drastique des dépenses qui aura pour conséquence une diminution du nombre d’enseignants, de policiers ou des allocations logement ? »…
- ou alors de façon tout aussi orientée : « Souhaitez-vous que la réduction des déficits soient financée par les plus pauvres en baissant les dépenses ou les plus riches en augmentant les impôts ? »

Les proportions auraient probablement été inverses…

Chaque jour apporte son lot de sondages de ce type. Les biais auxquels ils donnent lieu ne sont pas toujours favorables au gouvernement : c’est ainsi que des sondeurs avaient estimé que Nicolas Sarkozy n’avait « pas convaincu » l’opinion après une émission de télévision en avril 2008, en interrogeant des personnes qui n’avaient pas vu cette émission [1].....

Cet état de fait pose question sur le travail des journalistes qui traitent fréquemment les sondages avec précipitation, sans vérifier en particulier la question posée.

Mais dans ce cas comme d’autres [2] , la volonté de manipulation semble claire. Il ne s’agit plus dès lors de compétence, mais bien de déontologie et de valeurs.

Louis MAURIN

http://www.alternatives-economiques.fr/82-des-francais-pour-une-baisse-drastique-des-depenses-publiques-vraiment-_fr_art_633_49816.html

[1] http://www.idies.org/index.php ?post/Le-chef-de-lEtat-na-pas-convaincu-ceux-qui-ne-lont-pas-vu

[2] http://www.inegalites.fr/spip.php ?article573