Accueil
sg sd
Le SNUipp 68 Actualités Outils pratiques Carrière Carte scolaire
CAPD Débuts de carrière Archives des actualités Les Retraites en question
id

SNUipp-FSU Haut-Rhin



Accès Rapide

Accueil du site
Plan du site
Les nouveautés

Accès par thèmes




Vous pouvez vous déplacer dans le site à l'aide des liens ci-dessous.

Vous êtes actuellement dans la rubrique : Les Retraites en question 

Imprimer l'article


Dossier retraites 2010 : Dix contrevérités

Publié le: lundi 12 avril 2010

rien
rien

Sur la question des retraites, les textes explicatifs sont souvent longs, fouillés, argumentés... Nous ne pourrons pas faire l’économie de la lecture... !

- A lire sur le site de la FSU nationale, dossiers - Retraites

- A lire sur le site d’ATTAC, rubrique Retraites

- A lire sur le site de la Fondation Copernic, rubrique Retraites - les Boîtes à outils !

- A lire sur le site VIVE LA REPART !, une page du site MARCHANDISE de Michel HUSSON


Dix contrevérités

1) L’âge moyen de départ à la retraite est de 61,5 ans, reculer l’âge légal de départ à la retraite ne changerait donc rien.

L’âge moyen de « départ à la retraite » est celui auquel on fait valoir son droit à pension. Ce qui est important, c’est l’âge de cessation d’activité. L’âge moyen de cessation d’activité est de 58,8 ans, et six salariés sur dix sont hors emploi (chômage, invalidité, inactivité ou dispense de recherche d’emploi) au moment de liquider leur retraite. Ainsi, très souvent, les salariés ayant eu une carrière courte et/ou heurtée, en particulier les femmes, liquident leur retraite à 65 ans pour pouvoir bénéficier d’une pension à taux plein sans décote, alors même qu’ils sont déjà hors du marché du travail.

Reporter l’âge légal de la retraite au-delà de 60 ans aurait une double conséquence : les systèmes de chômage ou de préretraites vont devoir financer en plus ce que les systèmes de retraite financeront en moins, et, en parallèle, la période hors emploi avant l’âge de départ en retraite s’allongera pour beaucoup, avec des ressources dérisoires ou nulles. L’âge du taux plein (65 ans) sera repoussé d’autant, signifiant qu’une proportion croissante de salarié-es devra reculer son départ pour atteindre la nouvelle borne ou bien avoir une pension amputée par la décote.

2) L’espérance de vie augmente, c’est normal de travailler plus longtemps.

L’augmentation de l’espérance de vie n’est pas nouvelle, elle n’a pas empêché que le temps passé au travail dans une vie baisse en parallèle. De plus, l’espérance de vie « en bonne santé », c’est-à-dire sans incapacité, est beaucoup plus faible que l’espérance de vie. Tout départ en retraite tardif obère de façon non négligeable le temps dont les salariés disposent pour jouir réellement de leur retraite. Enfin, les jeunes entrent de plus en plus tard dans la vie active et de nombreux salariés, dont une majorité de femmes, ont des carrières discontinues et n’arrivent déjà pas à réunir le nombre d’annuités demandé, alors même que les entreprises se débarrassent des salariés âgés. L’augmentation de la durée de cotisation ou le report de l’âge légal de départ à la retraite aurait donc des conséquences importantes lors de la liquidation de la retraite et se traduirait en pratique par une pension réduite pour le plus grand nombre.

3) Les jeunes ne pourront pas financer les pensions des futurs retraités, il faut donc que ces derniers travaillent plus longtemps.

Pour que les jeunes puissent payer les pensions des retraités, il faut qu’ils ne soient pas au chômage et donc que les salariés âgés laissent leur place sur le marché du travail aux nouvelles générations. Décaler l’âge de départ à la retraite revient à préférer entretenir le chômage des jeunes plutôt que de payer des retraites. La retraite par répartition repose sur un contrat implicite : la génération qui travaille prend à sa charge la génération en formation et la génération partie à la retraite. Ainsi, chaque génération monte sur les épaules de la précédente et la création de richesse est partagée entre actifs et retraités. C’est ce contrat intergénérationnel que le gouvernement et le patronat tentent de détruire en voulant faire travailler plus longtemps les générations les plus jeunes.

4) Le système par répartition ne sera plus capable de garantir des pensions décentes aux jeunes générations, celles-ci doivent donc d’ores et déjà se prémunir en se constituant un supplément de retraite par une épargne privée.

Si on estime possible de compléter les cotisations pour le système public par répartition par des versements dans une épargne privée, qu’est-ce qui empêche alors d’augmenter les cotisations et de garantir une meilleure retraite grâce au système par répartition ?

5) Les fonctionnaires sont des privilégiés

Le niveau des retraites est équivalent dans le secteur privé et dans la fonction publique : en moyenne 1625 euros par mois dans le privé, 1593 euros dans la fonction publique. Le mode de calcul de la retraite est différent dans le privé et dans le public, mais cela aboutit à un résultat similaire. Dans le secteur privé, elle est calculée sur les vingt-cinq meilleures années et les primes sont prises en compte. Dans le public, c’est le salaire des six derniers mois, mais les primes ne sont pas prises en compte, et la retraite complémentaire n’est pas de même niveau que dans le secteur privé.

6) Il y aura trop de retraités et pas assez d’actifs

Les projections démographiques ne sont pas des vérités scientifiques et sont basées sur des hypothèses concernant plusieurs paramètres (fécondité, chômage, taux d’activité des hommes et des femmes, etc.). Déjà, depuis quelques années, les projections ont beaucoup varié. Ainsi, à la fin des années 1990, tous les rapports officiels prévoyaient un effondrement de la natalité. Il n’en a rien été. Jusqu’à récemment, les mêmes rapports prévoyaient un effondrement de la population active dans le futur. Les dernières prévisions de l’INSEE font maintenant apparaître une augmentation de la population active jusqu’en 2015 puis une stabilisation par la suite. En outre, les hypothèses retenues sur la population active sont très pessimistes, pour ne pas dire régressives : rien ne justifie en effet de projeter, dans la tranche de 25 à 45 ans, un taux d’emploi des femmes inférieur de 15 points à celui des hommes si ce n’est renoncer définitivement à toute politique visant l’égalité entre les femmes et les hommes. De fortes marges de manœuvre existent pourtant dans ce domaine, et un niveau d’emploi égal entre hommes et femmes signifie qu’on retrouverait le même ratio retraités/actifs qu’en 1970, donc sans aucune dégradation.

7) On ne pourra pas financer les retraites

À moins de décréter la paupérisation des retraité-es, il est normal de couvrir les besoins sociaux liés à l’augmentation de leur part dans la population par un accroissement des prélèvements sur la richesse produite. Les déficits des caisses de retraite sont essentiellement dus au refus obstiné de le faire. Pourtant, le besoin supplémentaire de financement nécessaire aux retraites est réalisable puisqu’il a été chiffré en 2007 par le COR entre 1 et 2 points de PIB jusqu’en 2050, à comparer avec la chute de la part de la masse salariale de 8 points au cours des dernières décennies et avec l’explosion correspondante des dividendes, qui sont passés de 3,2 % du PIB en 1982 à 8,5 % en 2007. Il est donc juste d’augmenter la part des salaires et des pensions dans la richesse produite en s’attaquant aux profits. Le financement des retraites est possible à condition d’en finir avec l’actuel partage éhonté de la richesse au bénéfice des revenus financiers. C’est ce partage qui constitue le tabou à faire sauter, et non l’âge de départ. Il s’agit là d’un choix politique de justice et de solidarité.

8) Les retraites nuisent à la compétitivité

Différents scénarios ont été étudiés, notamment avec l’hypothèse sur laquelle travaille le COR d’un gain de productivité de 1,5% par an. Il est tout à fait possible de garantir à la fois le maintien du taux de remplacement et une progression identique du pouvoir d’achat des retraités et des salariés – quoique inférieure à 1,5% puisque le nombre de retraités augmentera –, par une augmentation de 6 points des cotisations patronales entre 2009 et 2050. Cette augmentation n’aurait aucun effet sur la compétitivité des entreprises, puisque ce scénario est bâti en maintenant à son niveau actuel la part de la masse salariale (salaires et cotisations) dans la valeur ajoutée, donc sans impact sur les coûts.

Ce scénario, même s’il n’est pas le plus favorable aux salariés et retraités puisqu’il suppose que la part de la masse salariale reste à son niveau actuel qui est historiquement bas, rend totalement inopérant le seul argument du Medef contre l’augmentation des cotisations.

9) Pour financer les retraites, il faut une croissance productiviste

Fonder le financement des retraites sur le partage des gains de productivité ne signifie pas que l’on mise sur une croissance économique forte. Quels que soient les gains de productivité futurs, ils devront être partagés entre le niveau de vie de tous, actifs comme retraités, la satisfaction de nouveaux besoins sociaux et la diminution du temps de travail.

10) Les dispositifs familiaux sont contraires à l’égalité entre les hommes et les femmes

Ce sont très majoritairement les femmes qui prennent en charge les enfants et la gestion du foyer. De ce fait, elles sont pénalisées dans leur carrière, elles s’interrompent ou travaillent à temps partiel. Même en intégrant les dispositifs familiaux dont elles bénéficient, leur retraite est en moyenne inférieure de 40 % à celles des hommes. Ces dispositifs sont donc encore aujourd’hui essentiels pour réduire les inégalités de pension entre femmes et hommes. Pourtant, le droit communautaire européen remet ponctuellement en cause l’existence de tels dispositifs. C’est une incohérence, puisqu’il reconnaît par ailleurs la notion de discrimination indirecte, c’est-à-dire la légitimité à donner un avantage particulier dès lors que celui-ci permet de réduire des inégalités sociales ou de sexe. Il est impossible de se réclamer du principe d’égalité pour augmenter les inégalités

rien
Dossier retraites 2010 : Retraites, idées fausses et vrais enjeux
Dossier retraites 2010 : La retraite à 60 ans, à taux plein, est possible !
Dossier retraites 2010 : Retraites : Le pillage organisé par le Medef
Dossier retraites 2010 : Retraites : il n’y a pas de fatalité démographique.
Dossier retraites 2010 : 10 questions, 10 réponses sur nos retraites
Dossier retraites 2010 : Un dossier de la FSU.
Colloque : quel avenir pour nos Retraites ? Mardi 25 mai 2010 à Mulhouse (Université)
Dossier retraites 2010 : Le COR a-t-il perdu l’esprit (de ses travaux) ?
Dossier retraites 2010 : le 1er degré champion de la décote
Dossier retraites 2010 : Faire entendre les exigences citoyennes sur les retraites
Dossier retraites 2010 : Retraites, l’heure de vérité
70 ans... toujours en classe ?
Projections financières du COR : refuser le piège du catastrophisme, porter nos propositions
Après le rapport du COR par Jean-Christophe LE DUIGOU
Retraites : l’autre scénario par Jean-Marie HARRIBEY (économiste, Attac) et Willy PELLETIER (sociologue, Fondation Copernic).
Rencontre de la FSU avec le ministre du travail Eric Woerth sur la réforme des retraites
Retraites :un diaporama pour (presque) tout comprendre
La retraite, une affaire de jeunes !
Retraites : Fonctionnaires et régime général
Retraites : 14 "engagements" du gouvernement et autant de contre vérités
Objectif du gouvernement : raccourcir l’espérance de vie ?
Retraites : Quand Gérard FILOCHE démonte l’argumentaire actuel
Amputer les salaires des fonctionnaires au nom de l’équité !
Eviter la décomposition des retraites
Réforme des retraites : l’autre solution
Communiqué de presse et diaporama de la FSU suite aux annoces sur les retraites : un projet brutal et injuste
L’impact de la nouvelle réforme des retraites sur l’âge de départ
Une autre réforme des retraites Entretien avec Pierre CONCIALDI
La réforme des retraites représente un pas en arrière pour les femmes
Retraites : les vrais effets de la réforme par Jean-Marie HARRIBEY.
Les nouveaux âges de la Retraite
La retraite autrement par Jean-Marie Harribey (Attac), Willy Pelletier (Fondation Copernic)
Retraites : Une nouvelle note de la FSU adressée aux parlementaires
Retraites, un trésor impensé par Bernard FRIOT.
Retraites des enseignants : ce qui changerait (Version au 15 septembre 2010).
Retraites/suites du 23 septembre 2010 : les syndicats appellent à poursuivre l’action
Réforme des Retraites : 6 exemples de baisse de pension pour les PE
Mères de 3 enfants : le SNUipp écrit aux ministres.
Réforme des retraites – Le statut dérogatoire des élus nationaux !
Retraites : un problème d’arithmétique divise les Français
Le collectif Retraites 68 organise une soirée débat « RETRAITES : PROPOSITIONS POUR UNE AUTRE REFORME »
Retraites : Nouvelles journées d’action les 28 octobre et 6 novembre 2010
Sevriena, l’entreprise sarkozyste de démolition des retraites !!
Une réforme des retraites surdimensionnée (par J.F. Couvrat).
Retraites : tableau explicatifs des grands changements de la loi
Retraites : ce qui va changer pour les enseignants
Retraite : les mères de 3 enfants après la promulgation
Réforme des Retraites : signez l’appel demandant un référendum
LA RETRAITE : UN CHOIX DE SOCIÉTÉ par Attac France et la Fondation Copernic
Ma retraite : le guide pour connaître mes droits.
CUMUL EMPLOI-RETRAITE / ERRATUM « mémo retraite » et rappel des règles
Retraites : Guillaume Sarkozy (le frère), un nouvel échec !
Passage en force sur les retraites confirmé !
Départs en retraite à l’été 2011
C’est encore la retraite qui trinque !
Evolution des retraites des fonctionnaires... et des enseignants
Retraite : une contre réforme de plus
Retraites : Pas un euro de moins, pas un trimestre de plus ! Mobilisons nous mardi 10 septembre 2013 !
Ensemble, défendons nos retraites !
Appel pour une réforme des retraites juste et favorable aux jeunes
Retraites : l’heure des choix....
le NON de socialistes à tout nouveau recul : pas un trimestre de plus, pas un euro de moins !
Mardi 10 septembre 2013, mobilisons nous massivement pour défendre et améliorer nos retraites
FSU : le coup de gueule sur les Retraites
Retraites : mener le débat
Retraites : la FSU s’adresse aux parlementaires
Prendre sa retraite en cours d’année
 
Tous les articles du th�e
Thèmes : Les Retraites en question
Kisaitou spécial Retraites : toute la réglementation !
Retraites : diaporama sur les principales mesures du gouvernement
Retraite : Mère de 3 enfants : des précisions supplémentaires
Vers une nouvelle manifestation le samedi 16 octobre 2010 : COMMUNIQUÉ DES ORGANISATIONS CFDT, CFTC, CGT, FSU, Solidaires, UNSA
Evolution de la situation au 7 octobre 2010 : pour les mères de trois enfants
Nouvelle journée de grèves et de manifestations mardi 19 octobre 2010
Démanteler les Retraites et la Sécu... : pour les copains et les coquins
Retraite : une nouvelle journée d’action multiformes le mardi 23 novembre
Départ à la retraite des parents de 3 enfants
Retraite et services de catégorie active
 
rien
Imprimer l'article
rien Répondre à cet article
Ver 15/03/2007
Remerciements SNUipp
adresse

19 Bld Wallach - 68100 MULHOUSE - Tél. 03.89.54.92.58 Mobile. 06.86.31.37.42 Courriel : snu68@snuipp.fr

Permanences : Lundi, Mardi, Jeudi, Vendredi de 9h à 17h Mercredi matin