Accueil
sg sd
Le SNUipp 68 Actualités 2013-2014 Outils pratiques Carrière Carte scolaire
CAPD Débuts de carrière Archives des actualités Les Retraites en question
id

SNUipp-FSU Haut-Rhin



Accès Rapide

Accueil du site
Plan du site
Les nouveautés

Accès par thèmes




Vous pouvez vous déplacer dans le site à l'aide des liens ci-dessous.

Vous êtes actuellement dans la rubrique : Carrière 

Imprimer l'article


Devenir Maître-formateur

Publié le: lundi 15 août 2005

rien
rien

DEVENIR MAÎTRE-FORMATEUR

1) CATEGORIES DES MAÎTRES-FORMATEURS

Il existe plusieurs catégories de maîtres formateurs (instituteurs ou professeurs des écoles).

A. du 22/01/1985 modifié

A. du 29/10/2001

A. du 04/01/2002

a) Maîtres formateurs auprès des inspecteurs de l’Education nationale ou conseillers pédagogiques de circonscription

- « généraliste »

- pour l’EPS

- pour l’éducation musicale

- pour les arts plastiques

- pour les langues et cultures régionales

- pour les technologies et ressources éducatives

- pour les langues vivantes étrangères.

Il est fréquent que les circonscriptions d’IEN disposent, dans l’équipe, d’un « généraliste » et d’un « conseiller » pour l’EPS. Les autres conseillers (éducation musicale, arts plastiques...), en quantité plus restreinte, interviennent très souvent sur des groupes de circonscriptions.

Les IEN chargés de l’AIS peuvent être assistés d’un maître formateur titulaire d’un double CA (CAFIPEMF et CAPSAIS)

b) Conseillers pédagogiques départementaux pour l’EPS

c) Maîtres formateurs auprès des IUFM

C’est un enseignant qui exerce à 2/3 temps dans sa classe (lieu d’accueil pour la formation) et à 1/3 temps en tant que formateur en IUFM (formation initiale et continue).

2) REMUNERATION DES MAITRES FORMATEURS

C. 91-012 du 15/01/1991

D. 91-236 du 28/02//1991

D. 2001-811 du 07/09/2001

A. du 07/09/2001

NS. 95-268 du 05/12/1995

On distinguera 2 cas :

a) Celui des professeurs des écoles

- maîtres formateurs auprès des IUFM

Ils perçoivent une indemnité de fonctions particulières non soumise à retenue et n’entrant pas dans le calcul de la retraite. Cette indemnité est versée mensuellement.

- maîtres formateurs auprès des IEN

Ils bénéficient d’une nouvelle bonification indiciaire NBI de 27 points. Cette attribution s’accompagne du retrait de l’indemnité de fonctions particulières.

- conseillers pédagogiques départementaux pour l’EPS

Ne sont pas concernés par l’attribution des 27 points de NBI, ils perçoivent l’indemnité de fonctions particulières.

b) Celui des instituteurs

A. du 26/11/1971

D. 2001-811 du 07/09/2001

A. du 07/09/2001

- maîtres formateurs auprès des IUFM

Ils sont assimilés en matière de rémunération indiciaire, aux professeurs des collèges d’enseignement général (ancien régime). Cela se traduit par une bonification indiciaire de 15 points soumise à retenue et entrant dans le calcul de la retraite.

Ils perçoivent une indemnité de fonctions particulières non soumise à retenue et n’entrant pas dans le calcul de la retraite. Cette indemnité est versée mensuellement.

- maîtres formateurs auprès des IEN

Ils sont assimilés, du point de vue de leur rémunération, aux directeurs d’écoles annexes classés dans le 2ème groupe du décret.

A ce titre, ils perçoivent une bonification indiciaire de 26 points auxquels s’ajoutent les 15 points de formateur. Ils bénéficient donc d’une double majoration, d’un total de 41 points, soumise à retenue et entrant dans le calcul de la retraite.

- conseillers pédagogiques départementaux pour l’EPS

Même bonification indiciaire que les maîtres formateurs auprès des IEN, soit 41 points.

Les CPC auprès des IEN ont la possibilité de percevoir des heures complémentaires lors des interventions à l’IUFM. 

Beaucoup de disparités dans la rémunération des différentes catégories de maîtres formateurs.

Si dans le grade d’instituteur, toutes les majorations sont sous forme de bonifications indiciaires qui entrent dans le calcul du montant de la pension, il n’en n’est pas de même pour les professeurs des écoles. Au moment de la retraite, la NBI est de loin moins intéressante qu’une bonification indiciaire ; quant aux indemnités et primes, elles n’interviennent pas dans le calcul de la pension. Le SNUipp et la FSU se sont toujours prononcés contre les primes et les indemnités dont ils demandent l’intégration dans le traitement sous forme d’une bonification indiciaire, pour prise en compte dans le calcul du montant de la pension.

d) Indemnité de fonctions aux maîtres formateurs (instituteurs ou professeurs des écoles)

D. 2001-811 du 07/09/2001

A. du 07/09/2001 (taux)

Peuvent prétendre à cette indemnité les maîtres formateurs titulaires du CAFIPEMF ou diplôme équivalent qui exercent effectivement leurs fonctions en accueillant les étudiants et PE stagiaires dans leur classe.

Cette indemnité de fonctions n’intervient pas dans le calcul de la pension. Son taux annuel est actualisé selon la valeur du point indiciaire.

3) CONDITIONS DE NOMINATIONS

C. 85-058 du 12/02/1985 A. du 29/10/2001

Il est exigé des candidats aux fonctions de maîtres formateurs un certificat d’aptitude, le CAFIPEMF ou CAEEAA.

Pour se porter candidat il faut justifier d’au moins 5 ans de services effectifs dans une classe.

Ce certificat d’aptitude existe sous deux formes :

- une forme générale qui permet une affectation comme "généraliste" auprès d’un I.E.N., ou comme maître formateur auprès de l’IUFM ;

- une forme avec spécialisation (EPS, éducation musicale, arts plastiques, langues et cultures régionales, technologies et ressources éducatives, langues vivantes étrangères) exigée pour une affectation sur des postes spécialisés (voir ci-dessus "catégories de maîtres formateurs").

4) L’organisation du Certificat d’Aptitude aux Fonctions d’Instituteur ou de Professeur des Ecoles Maître Formateur.

A. du 22/01/1985 mod.

C. 85-058 du 12/02/1985

A. du 29/10/2001

C. 2002-125 du 5/06/2002

Il existe une seule session annuelle.

Les candidats souhaitant subir les épreuves avec spécialisation doivent choisir l’option et la préciser au moment de leur inscription.

Pour subir les épreuves, les candidats doivent justifier d’au moins 5 années de services effectifs d’enseignement à temps complet (ancienneté appréciée au 31/12 de l’année au titre de laquelle est organisé l’examen). Les enseignants de SEGPA peuvent se présenter au CAFIPEMF.

Le CAFIPEMF comprend une épreuve d’admissibilité et deux épreuves d’admission.

a) L’épreuve d’Admissibilité

Notée de 0 à 20. Coefficient 3.

Toute note inférieure à 15 est éliminatoire.

Elle est organisée ainsi :

- une partie pratique (entre 1 heure et 1 heure et demie) comprenant deux séquences, au choix du candidat, la première sur le français ou les mathématiques, la seconde, sur l’une des autres activités du programme. Pour un CAFIPEMF avec une spécialisation, la seconde séquence de l’épreuve correspond obligatoirement à l’option choisie.

- un entretien (30 minutes environ) relatif aux séquences précédentes.Il s’agit d’évaluer le candidat dans son activité habituelle d’enseignant.

L’épreuve d’admissibilité se déroule dans la classe du candidat (ou, s’il n’exerce pas sur une classe en continu (CRI ou CLAD), devant une classe choisie par le président du jury en accord avec le candidat).

Les candidats déclarés admissibles gardent le bénéfice de leur admissibilité pour deux nouvelles sessions d’examen sur une période de 4 années après la fin de la session où ils ont été déclarés admissibles.

b) Les épreuves d’Admission

Les engagements ministériels concernant la refonte du CAFIPEMF doivent se concrétiser sans attendre. Le SNUipp demande pour tout maître formateur une formation d’un an minimum. Elle pourrait être en lien avec l’université et sanctionnée par un diplôme universitaire reconnu.

Les DESS mis en place dans certaines universités, et en particulier celui de Clermont Ferrand intitulé « Ingénierie du Conseil Pédagogique » qui existe depuis 2000, contribuent à mieux définir ce que devrait être une formation de maîtres formateurs.

A) La rédaction et la soutenance d’un mémoire portant sur l’une des activités prévues au programme de l’école primaire et devant, de façon impérative, prendre appui sur l’expérience professionnelle du candidat (mémoire limité à une vingtaine de pages dactylographiées). Pour un CAFIPEMF avec spécialisation, le sujet du mémoire correspond obligatoirement à l’option choisie. Cette épreuve est destinée à informer le jury sur les capacités du candidat à observer, à s’informer, à analyser sa pratique pour l’affermir.

Cette première épreuve (coefficient 2) est notée de 0 à 20.

B) Une épreuve pratique portant, au choix du candidat :

- soit sur la critique d’une leçon faite par un "élève instituteur" - dit le texte qui n’a pas été corrigé - (en fait un P.E. débutant ou stagiaire) ;

- soit sur l’animation d’une discussion pédagogique au sein d’un groupe (étudiants ou stagiaires d’IUFM, Instituteurs (ou P.E.) en stage de formation continue) composé de 10 à 15 personnes.

Le champ disciplinaire de l’entretien ne doit pas porter sur des disciplines déjà retenues soit pour l’épreuve d’admission, soit pour le mémoire. Il s’agit de déceler l’aptitude du candidat à établir une relation éducative avec des adultes.

Cette seconde épreuve (coefficient 3) est notée de 0 à 20.

Les candidats ayant obtenu, pour l’ensemble des épreuves, un total supérieur ou égal à 95 points sont déclarés ADMIS.

c) Le Jury

A. du 29/10/2001

Il est présidé par l’inspecteur d’académie où l’un de ses représentants.

Pour chaque candidat inscrit - et pour chacune des épreuves - le président de jury désigne une commission comprenant :

- un membre des corps d’inspection ;

- l’I.E.N. de la circonscription du candidat ;

- un formateur d’IUFM ;

- deux maîtres formateurs (instituteurs ou P.E.) dont l’un a la responsabilité d’une classe.

Les textes recommandent que la composition de la commission soit, pour chaque candidat, aussi stable que possible pour les 3 épreuves et qu’elle tienne compte de l’option éventuellement choisie.

d) Cas particuliers

Cas des Instituteurs ou P.E. titulaires du CAFIPEMF non spécialisé souhaitant obtenir un CAFIPEMFspécialisé.

Cas des titulaires d’un CAFIPEMF spécialisé souhaitant obtenir une autre option.

Ils auront à subir les deux épreuves déterminant le caractère optionnel du CAFIPEMF, c’est-à-dire :

- la 2e séquence de la partie pratique d’admissibilité ;

- le mémoire.

5) DEFINITION DES FONCTIONS DE MAITRE FORMATEUR

a) Conseillers pédagogiques

NS. 96-107 du 18/04/1996

A. du 29/10/2001

Avec la création des IUFM, les missions des conseillers pédagogiques de circonscription ont été redéfinies par la note de service citée en référence. En particulier l’aide et le suivi des débutants, titulaires ou non, au cours de leur première année d’exercice.

Le conseiller pédagogique exerce ses activités sous la responsabilité de l’IEN dont il est le collaborateur direct. Il intervient donc dans la circonscription, dans les écoles, auprès des maîtres et parfois au niveau du département.

Les 6 catégories de conseillers pédagogiques auprès de l’IEN sont :

- conseiller généraliste

- conseiller pour l’éducation physique et sportive

- conseiller pour l’éducation musicale

- conseiller pour les arts plastiques

- conseiller pour les langues et cultures régionales

- conseiller pour les technologies et ressources éducatives

- conseiller pour les langues vivantes étrangères

Très souvent, les conseillers pédagogiques mentionnés en 3,4,5, et 6 ont à intervenir sur plusieurs circonscriptions d’inspection, certains peuvent avoir une mission départementale.

Le conseiller généraliste est titulaire du CAFIPEMF normal ; les autres doivent, pour être titulaires de leur poste, posséder un CAFIPEMF dans l’option.

Les IEN intervenant dans l’AIS peuvent avoir pour conseiller pédagogique un collègue titulaire du CAFIPEMF, du CAPA-SH ou du CAPSAIS.

Une réécriture du texte définissant les missions des conseillers pédagogiques de circonscription semble aujourd’hui indispensable pour mieux prendre en compte les difficultés du terrain : l’accumulation des tâches au fil des années doit être réfléchie pour mieux cerner les priorités.

Remarques

C. 75-073 du 06/02/1975

NS. 84-483 du 14/12/1984

NS. 93-132 du 24/02/1993

Les missions des conseillers pour l’EPS sont précisées de façon plus pointue dans la circulaire citée en référence.

Mêmes remarques pour l’éducation musicale et les disciplines artistiques.

2) Maîtres formateurs auprès de l’IUFM

NS. 95-268 du 05/12/1995

Tenant compte des changements profonds intervenus dans la formation des maîtres avec, notamment, la création des IUFM, les missions des maîtres formateurs sont redéfinies par la note de service citée en référence.

Le maître formateur est titulaire d’un poste dans une école associée à la formation initiale. Il exerce une double fonction : enseignant en tant que maître responsable d’une classe (sous l’autorité de l’IA et l’IEN de circonscription) et formateur à l’lUFM (sous la responsabilité du directeur de l’IUFM).

Dans la note de service, il est suggéré des regroupements d’au moins trois maîtres formateurs dans une même école de façon à créer un réseau d’ « écoles associées à la formation initiale ».

Le maître formateur contribue, en priorité, à la réalisation du plan de formation initiale, en étroite articulation avec les enseignements théoriques, notamment au travers :

- des stages dans les classes

- d’études de documents écrits ou audiovisuels

- de l’élaboration de séquences

- d’analyse de pratiques

- de la production d’outils pédagogiques

et ce, à trois niveaux :

- l’accueil dans les classes

- l’accompagnement et le suivi lors des stages

- l’élaboration et la réalisation d’activités de formation à l’IUFM. 

Le maître formateur fait partie intégrante de l’équipe de formateurs. Il peut accompagner les stagiaires à la réalisation de leur mémoire professionnel. Il peut être sollicité comme membre des jurys et participer à la validation de la formation.

Dans le cadre du plan académique de formation continue, il peut lui être demandé de participer à la conduite de certaines actions de formation.

Le maître formateur intervient donc dans 2 structures et systèmes différents : une école et un établissement d’enseignement supérieur (IUFM).

Depuis 1999, dans de nombreux IUFM, le service des maîtres formateurs a été transformé en HTD (heure de travaux dirigés qui est l’unité de calcul appliquée dans tout établissement d’enseignement supérieur). Mais, en l’absence de toute directive ministérielle, les IUFM, établissements autonomes ont procédé à « de savants calculs » pour indiquer avec d’énormes disparités d’un IUFM à l’autre, le service dû en HTD par le maître formateur.

Le SNUipp réclame une harmonisation nationale du service dû en HTD par les maîtres-formateurs qui corresponde au volume d’heures gérées par l’IUFM. 

L’organisation du service du maître formateur est ainsi prévue :

- 18 heures de conduite de classe

- 2 heures de documentation et de formation personnelles

- 1 heure pour les réunions d’école

- 6 heures d’activités de formation (gérées par l’IUFM)

Possibilité d’exercice à l’IUFM dans le cadre du service partagé en double affectation

C. 2002-064 du 20/03/2002

Les enseignants du 1er degré peuvent être affectés à temps plein ou en service partagé auprès de l’IUFM. Les emplois vacants ou susceptibles de l’être dans les IUFM, à pourvoir en service partagé, paraissent dans une note de service annuelle. Les candidats retenus continuent d’exercer leurs fonctions d’enseignant à mi-temps (13 heures) dans leur classe et sont affectés, par le recteur, pour un service à mi-temps ( 192 heures TD ou TP) sur un des emplois IUFM parus au BO.

Les enseignants en service partagé en double affectation perçoivent la moitié de la prime d’enseignement supérieur, de même qu’ils peuvent également bénéficier de la prime de responsabilités pédagogiques prévu par le décret du 4 octobre 1999.

c) Maîtres d’accueil temporaires

NS. 95-268 du 05/12/1995

Pour faire face au volume important de stages dans la formation initiale, il est fait appel à des enseignants volontaires pour accueillir dans leur classe des étudiants et des stagiaires (stages d’observation et de pratique accompagnée).

Le SNUipp demande que soient formés et recrutés des maîtres formateurs et que cesse le recours aux maîtres d’accueil temporaires.

Le " maître d’accueil temporaire " n’est pas titulaire du CAFIPEMF, il est choisi et désigné par l’IA sur proposition de l’IEN, pour l’année, parce qu’il est " expérimenté et capable d’exposer à de futurs enseignants sa pratique pédagogique, d’expliciter les démarches mises en uvre dans son enseignement et de présenter la réalité de sa classe ".

Des réunions et des actions de formation à leur intention peuvent être organisées pour les préparer à leur fonction d’accueil et les sensibiliser aux enjeux de la formation initiale.

Les maîtres d’accueil temporaires perçoivent une " indemnité d’accueil de stagiaires " en fonction du nombre de stages et du nombre de stagiaires.

rien
Promotions
Accès direct à I-PROF
Changement de département
Devenir PE hors-classe
Inéat-Exéat
Les congés
Logement de fonction
Devenir directeur d’école
Devenir psychologue scolaire
Deuxième carrière dans la Fonction Publique
Dossier permutations
Statistiques permutations 2004
Statistiques permutations 2005
Les permutations informatisées 2007 : un dossier du SNUipp
GRILLES INDICIARES
Résultats des permutations informatisées rentrée 2009
Difficultés de remplacement : LES CONSIGNES DU SNUIPP/FSU
Calendrier permutations 2008
Statistiques permutations 2009
Dossier permutations 2009
Dossier spécial Permutations informatisées 2008
RECOURS Tribunal Administratif : NBI pour les faisants-fonction en CLIS
Conseillers pédagogiques / groupe de travail du 3 décembre 2013 : Quelques avancées et des points noirs
L’Indémnité de départ volontaire
Nouvelle circulaire pour les RASED
Nouvelle circulaire pour les Clis
Obligation de services enseignants en CLIS et RASED
Permutations informatisées 2010 : Demi-journée d’information syndicale spéciale changement de département le 18 novembre 2009 à Mulhouse
Permutations informatisées 2010 : le calendrier
Kisaitou spécial Retraites : toute la réglementation !
Permutations informatisées 2010 : la note de service du Ministère
Permutations informatisées 2010 : un dossier complet
Recours gracieux NBI pour les faisants-fonctions en CLIS
Résultats des permutations informatisées rentrée 2010
Permutations informatisées 2010 : des éléments d’analyse
Revalorisation : trompe l’œil et inégalités
Déclaration des revenus 2009 : des informations pour les enseignants
La formation continue dans le Haut-Rhin en 2010-2011
Accès au corps de professeur des écoles
Indemnité Enseignants référents
Indemnités accueil et accompagnement des étudiants
Permutations informatisées 2012 : le SNUipp-FSU 68 organise une demi-journée d’information syndicale le mercredi 16 novembre 2011
Entretiens de carrière : le SNUipp-FSU reçu en audience
Permutations informatisées 2011 : des éléments statistiques
Permutations 2011 : Modèle de lettre au ministre des non satisfaits
Une nouvelle indemnité pour les personnels des établissements ECLAIR
Un dossier spécial première inspection
Permutations informatisées 2011 : les dates
Promotions une nouvelle bombe : les projets de décret et d’arrêté sur l’avancement des prof... ont été publiés
Avancement de carrière : à la tête du client ...
Indemnité de " garantie individuelle de pouvoir d’achat " (GIPA)
Augmentation de 50 % de la part variable de l’indemnité de direction
Revalorisation des débuts de carrière : annonces de Luc CHATEL
Grille des salaires au 1er janvier 2012
Evaluation des enseignants : le ministère présente les grands principes
Permutations informatisées : Statistiques départs du Haut-Rhin
Le SNUipp-FSU demande la revalorisation des salaires enseignants
ISAE : Les modalités de versement
 
Tous les articles du th�e
Cet article n'est pas lié à un thème.  
rien
Imprimer l'article
Ver 15/03/2007
Remerciements SNUipp
adresse

19 Bld Wallach - 68100 MULHOUSE - Tél. 03.89.54.92.58 Fax. 03.89.64.16.61 Courriel : snu68@snuipp.fr

Permanences : Lundi, Mardi, Jeudi, Vendredi de 9h à 17h